Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

As-tu deux minutes ?

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

Faites de moi ce qui vous semblera bon et juste

 

En ces jours-là, les prêtres et les prophètes dirent aux princes et à tout le peuple : « Cet homme mérite la mort, car il a prophétisé contre cette ville ; vous l’avez entendu de vos oreilles. » À son tour Jérémie s’adressa à tous les princes et à tout le peuple : « C’est le Seigneur qui m’a envoyé prophétiser contre cette Maison et contre cette ville, et dire toutes les paroles que vous avez entendues. Et maintenant, rendez meilleurs vos chemins et vos actes, écoutez la voix du Seigneur votre Dieu ; alors il renoncera au malheur qu’il a proféré contre vous. Quant à moi, me voici entre vos mains, faites de moi ce qui vous semblera bon et juste. Mais sachez-le bien : si vous me faites mourir, vous allez vous charger d’un sang innocent, vous-mêmes et cette ville et tous ses habitants. Car c’est vraiment le Seigneur qui m’a envoyé vers vous proclamer toutes ces paroles pour que vous les entendiez. » Alors les princes et tout le peuple dirent aux prêtres et aux prophètes : « Cet homme ne mérite pas la mort, car c’est au nom du Seigneur notre Dieu qu’il nous a parlé. » Comme la protection d’Ahiqam, fils de Shafane, était acquise à Jérémie, il échappa aux mains de ceux qui voulaient le faire mourir.

 

Livre de Jérémie 26, 11-16.24.

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

 

Parce qu’il s’est préalablement donné entièrement au Père céleste auquel il s’est consacré, Jérémie s’abandonne maintenant entre les mains de ses frères les hommes. De fait, il ne s’agit pas de deux abandons, mais d’un unique don de soi, d’un unique geste d’amour, le pouvoir des hommes, même utilisé à mauvais escient, tirant son origine en Dieu : « Tu n'aurais aucun pouvoir sur moi, si cela ne t'avait été donné d'en haut » (Jn 19, 11). Les martyrs pour le nom de Dieu ont été honorés par les croyants de toutes les époques, non en raison d’un mérite quelconque de leur part, mais parce qu’il s’agit là d’une preuve indéniable de leur total abandon entre les mains du Seigneur qui les a rendus capables d’une telle abnégation pour témoigner de son Amour : « Abba (Père)! tout t'est possible: éloigne de moi cette coupe; pourtant, pas ce que je veux, mais ce que tu veux! » (Mc 14, 36), l’abandon total d’un enfant dans les bras de son père.

 

Que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle? (Lc 10, 25)

 

Je regarde les martyrs et je mesure tout le chemin qu’il me reste à parcourir dans le détachement de moi-même pour assurer la victoire de l’Amour.

 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article