Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

Le Seigneur a donné, le Seigneur a repris

 

 

Le Seigneur a donné, le Seigneur a repris

 

Le jour où les fils de Dieu se rendaient à l’audience du Seigneur, le Satan, l’Adversaire, lui aussi, vint parmi eux. Le Seigneur lui dit : « D’où viens-tu ? » L’Adversaire répondit : « De parcourir la terre et d’y rôder. » Le Seigneur reprit : « As-tu remarqué mon serviteur Job ? Il n’a pas son pareil sur la terre : c’est un homme intègre et droit, qui craint Dieu et s’écarte du mal. » L’Adversaire riposta : « Est-ce pour rien que Job craint Dieu ? N’as-tu pas élevé une clôture pour le protéger, lui, sa maison et tout ce qu’il possède ? Tu as béni son travail, et ses troupeaux se multiplient dans le pays. Mais étends seulement la main, et touche à tout ce qu’il possède : je parie qu’il te maudira en face ! » Le Seigneur dit à l’Adversaire : « Soit ! Tu as pouvoir sur tout ce qu’il possède, mais tu ne porteras pas la main sur lui. » Et l’Adversaire se retira. Le jour où les fils et les filles de Job étaient en train de festoyer et de boire du vin dans la maison de leur frère aîné, un messager arriva auprès de Job et lui dit : « Les bœufs étaient en train de labourer et les ânesses étaient au pâturage non loin de là. Les Bédouins se sont jetés sur eux et les ont enlevés, et ils ont passé les serviteurs au fil de l’épée. Moi seul, j’ai pu m’échapper pour te l’annoncer. » Il parlait encore quand un autre survint et lui dit : « Le feu du ciel est tombé, il a brûlé troupeaux et serviteurs, et les a dévorés. Moi seul, j’ai pu m’échapper pour te l’annoncer. » Il parlait encore quand un troisième survint et lui dit : « Trois bandes de Chaldéens se sont emparées des chameaux, ils les ont enlevés et ils ont passé les serviteurs au fil de l’épée. Moi seul, j’ai pu m’échapper pour te l’annoncer. » Il parlait encore quand un quatrième survint et lui dit : « Tes fils et tes filles étaient en train de festoyer et de boire du vin dans la maison de leur frère aîné, lorsqu’un ouragan s’est levé du fond du désert et s’est rué contre la maison. Ébranlée aux quatre coins, elle s’est écroulée sur les jeunes gens, et ils sont morts. Moi seul, j’ai pu m’échapper pour te l’annoncer. » Alors Job se leva, il déchira son manteau et se rasa la tête, il se jeta à terre et se prosterna. Puis il dit : « Nu je suis sorti du ventre de ma mère, nu j’y retournerai. Le Seigneur a donné, le Seigneur a repris : Que le nom du Seigneur soit béni ! » En tout cela, Job ne commit pas de péché. Il n’adressa à Dieu aucune parole déplacée.

 

Livre de Job 1, 6-22

 

 

Job est frappé par le mal ? Récrimine-t-il ? Jamais de la vie ! Au contraire, il continue de louer le Seigneur même au cœur de l’épreuve : Que le nom du Seigneur soit béni ! Qu’est ce qui rend sa foi capable d’une telle constance alors que sa bonne fortune le quitte et son Seigneur semble l’abandonner ? Job a conscience d’avoir tout reçu de Dieu. Plait-il au Seigneur de reprendre ce qu’Il lui a confié ou permet-il qu’une telle chose se produise que Job ne se sent pas dépouillé car il ne revendique pas le titre de propriétaire mais uniquement celui de fiduciaire du Seigneur. Nous en coûte-t-il de partager ou, pire, de ressentir la privation ? Méditons sur la Seigneurie de Dieu, sur ce que nous avons tout reçu de Lui pour le bénéfice du plus grand nombre, sur le droit qui est le sien de réclamer par les événements ou par personne interposée des nécessiteux ce qu’Il nous a confié.

 

Que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle? (Lc 10, 25)

 

J’imite Job et je loue le Seigneur en tout temps, même au temps de l’épreuve ! Je reconnais la liberté de Dieu de disposer de ce qu’Il m’a confié, de ma personne même, à sa guise : Le Seigneur a donné, le Seigneur a repris : Que le nom du Seigneur soit béni ! Si je marche en cela dans les pas de Job j’éviterai de pécher, à tout le moins la faute de lèse-majesté, de m’approprier une parcelle de la propriété que le Souverain céleste m’a confiée en fidéicommis pour le bien du plus grand nombre.

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article