Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

Impossible pour les hommes de se sauver

 

En ce temps-là, Jésus se mettait en route quand un homme accourut et, tombant à ses genoux, lui demanda : « Bon Maître, que dois-je faire pour avoir la vie éternelle en héritage ? » Jésus lui dit : « Pourquoi dire que je suis bon ? Personne n’est bon, sinon Dieu seul. Tu connais les commandements : ‘Ne commets pas de meurtre, ne commets pas d’adultère, ne commets pas de vol, ne porte pas de faux témoignage, ne fais de tort à personne, honore ton père et ta mère.’ » L’homme répondit : « Maître, tout cela, je l’ai observé depuis ma jeunesse. » Jésus posa son regard sur lui, et il l’aima. Il lui dit : « Une seule chose te manque : va, vends ce que tu as et donne-le aux pauvres ; alors tu auras un trésor au ciel. Puis viens, suis-moi. » Mais lui, à ces mots, devint sombre et s’en alla tout triste, car il avait de grands biens. Alors Jésus regarda autour de lui et dit à ses disciples : « Comme il sera difficile à ceux qui possèdent des richesses d’entrer dans le royaume de Dieu ! » Les disciples étaient stupéfaits de ces paroles. Jésus reprenant la parole leur dit : « Mes enfants, comme il est difficile d’entrer dans le royaume de Dieu ! Il est plus facile à un chameau de passer par le trou d’une aiguille qu’à un riche d’entrer dans le royaume de Dieu. » De plus en plus déconcertés, les disciples se demandaient entre eux : « Mais alors, qui peut être sauvé ? » Jésus les regarde et dit : « Pour les hommes, c’est impossible, mais pas pour Dieu ; car tout est possible à Dieu. »

 

Marc 10, 17-27

 

 

Le salut est un don gratuit de Dieu qu’il convient d’accepter comme tel à défaut de quoi nous risquons de nous en discréditer. Là réside le drame des riches tant en bien matériels que spirituels : la tentation de penser se procurer le salut par leurs œuvres, leur argent ou encore de prétendus « mérites » de leur part. Ce passage de l’Évangile de Marc se situe en continuité de la révélation que Dieu avait faite de Lui à Isaïe comme un Dieu sauveur, unique sauveur : « C'est moi Yahvé, et en dehors de moi il n'y a pas de sauveur » (Is 43, 11). En vérité tu es un dieu qui se cache, Dieu d'Israël, sauveur. Israël sera sauvé par Yahvé, sauvé pour toujours. Un dieu juste et sauveur, il n'y en a pas excepté moi. (Is 45, 15.17.21). Ce salut venant uniquement de Dieu s’est matérialisé en la personne de Jésus, le Verbe fait chair pour nous procurer le salut : « tu l'appelleras du nom de Jésus: car c'est lui qui sauvera son peuple de ses péchés » (Mt 1, 21).

 

Que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle? (Lc 10, 25)

 

Je médite sur la gratuité du salut, sur mon incapacité radicale à me le procurer par moi-même,  sur la nécessité de la médiation de Jésus, de son sacrifice sur la croix manifestant l’infinie miséricorde de Dieu, pour m’y donner accès. Devant tant d’amour, je manifeste ma reconnaissance en aimant mon prochain, en laissant passer à travers moi l’Amour.

 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article