Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

Solidarité

 

 

Solidarité

 

Suis-je responsable de mon frère ?

 

Genèse 4, 9

 

 

Suis-je responsable de mon frère ? demande l’homme pécheur, en l’occurrence Caïn qui vient de tuer son frère Abel. Eh bien, oui ! Nous sommes responsables les uns des autres car nous avons un même Père au ciel qui est Amour et, plus spécialement, les chrétiens font partie d’un même corps mystique dont la tête est le Christ : « de même que notre corps en son unité possède plus d'un membre et que ces membres n'ont pas tous la même fonction, ainsi nous, à plusieurs, nous ne formons qu'un seul corps dans le Christ, étant, chacun pour sa part, membres les uns des autres » (Rm 12, 4-5). Tout ce qui porte atteinte à l’amour et à l’unité constitue un scandale, notamment la division du corps du Christ en plusieurs Églises, d’où les efforts du mouvement œcuménique pour tenter de refaire l’unité perdue.

 

Cette responsabilité de l’autre est clairement édictée par Dieu dans la parole qu’il a adressée à Ézéchiel : « Fils d’homme, je fais de toi un guetteur pour la maison d’Israël. Lorsque tu entendras une parole de ma bouche, tu les avertiras de ma part. Si je dis au méchant : 'Tu vas mourir', et que tu ne l'avertisses pas, si tu ne lui dis pas d'abandonner sa conduite mauvaise, lui, le méchant, mourra de son péché, mais à toi, je demanderai compte de son sang. Au contraire, si tu avertis le méchant d'abandonner sa conduite, et qu'il ne s'en détourne pas, lui mourra de son péché, mais toi, tu auras sauvé ta vie » (Ez 33, 7-9).

 

La parole adressée par Dieu à Ézéchiel est reprise par Jésus qui spécifie que l’avertissement d’un frère en défaut doit se faire dans la charité en impliquant le moins de monde possible, en procédant par gradation, d’abord seul à seul, puis en groupe restreint de deux ou trois et, à défaut d’obtenir un résultat, de faire intervenir la communauté entière : « Si ton frère a commis un péché, va lui parler seul à seul et montre-lui sa faute. S'il t'écoute, tu auras gagné ton frère. S'il ne t'écoute pas, prends encore avec toi une ou deux personnes afin que toute l'affaire soit réglée sur la parole de deux ou trois témoins. S'il refuse de les écouter, dis-le à la communauté de l'Église ; s'il refuse encore d'écouter l'Église, considère-le comme un païen et un publicain. Amen, je vous le dis : tout ce que vous aurez lié sur la terre sera lié dans le ciel, et tout ce que vous aurez délié sur la terre sera délié dans le ciel » (Mt 18, 15-18). Jésus ajoute immédiatement que la solidarité entre les hommes doit également se manifester dans la prière, l’amour fraternel rendant Dieu présent dans le monde et particulièrement là où plusieurs se réunissent en son nom : « si deux d'entre vous sur la terre se mettent d'accord pour demander quelque chose, ils l'obtiendront de mon Père qui est aux cieux. Quand deux ou trois sont réunis en mon nom, je suis là, au milieu d'eux » (Mt 18, 19-20). L'accomplissement parfait de la Loi, c'est l'amour (Rm 13, 10), amour qui se manifeste dans l’unité, dans la conscience d’appartenir à un même Tout et du devoir qui en découle d’être solidaires et responsables les uns des autres.

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

daniel 04/09/2011 15:21


très bien .....