Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

Suivre Jésus

 

 

Suivre Jésus

 

En cours de route, un homme dit à Jésus : « Je te suivrai partout où tu iras. » Jésus lui déclara : « Les renards ont des terriers, les oiseaux du ciel ont des nids ; mais le Fils de l'homme n'a pas d'endroit où reposer la tête. » Il dit à un autre : « Suis-moi. » L'homme répondit : « Permets-moi d'aller d'abord enterrer mon père. » Mais Jésus répliqua : « Laisse les morts enterrer leurs morts. Toi, va annoncer le règne de Dieu. » Un autre encore lui dit : « Je te suivrai, Seigneur ; mais laisse-moi d'abord faire mes adieux aux gens de ma maison. » Jésus lui répondit : « Celui qui met la main à la charrue et regarde en arrière n'est pas fait pour le royaume de Dieu. »  

 

Luc 9, 57-62

 

 

Le Fils de l'homme n'a pas d'endroit où reposer la tête. Qui désire suivre Jésus s’engage dans une aventure où le point d’arrivée se situe dans l’au-delà. D’ici là point de repos possible. Il est toujours possible d’aimer plus et mieux et, pour y parvenir, de  renoncer à soi-même en faveur des autres et du Tout-autre.

 

Laisse les morts enterrer leurs morts… Celui qui met la main à la charrue et regarde en arrière n'est pas fait pour le royaume de Dieu. Suivre Jésus est une décision qu’il faut prendre maintenant et résolument couper les attaches susceptibles d’entraver notre marche, notamment le bagage de notre vie passée à la suite du peuple élu qui avait pourtant été libéré de l’esclavage et bénéficiait de la manne : « Ah! quel souvenir! le poisson que nous mangions pour rien en Égypte, les concombres, les melons, les laitues, les oignons et l'ail! Maintenant nous dépérissons, privés de tout; nos yeux ne voient plus que de la manne! » (Nb 11, 5-6).

 

Que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle? (Lc 10, 25)

 

Si je ne l’ai pas encore fait, je me décide à suivre Jésus maintenant.

 

Je cherche à identifier les attaches qui m’empêchent de m’engager dans les voies de l’amour véritable à la suite de Jésus, notamment les petites choses en apparences anodines, que l’on désigne sous le nom de péchés mignons, que je ne suis pas prêt à abandonner sous prétexte de leurs conséquences qui me semblent relativement inoffensives. Je médite sur ce qu’a dit à ce sujet Jean de la Croix : « Peu importe qu’un oiseau soit retenu par un fil mince ou épais : tant qu’il ne l’aura point brisé, il sera incapable de voler. À la vérité le fil mince est plus facile à rompre que celui qui est épais : mais si facile que soit la rupture, si elle n’a pas lieu, l’oiseau ne volera point. Ainsi en est-il de l’âme retenue par une attache. Quelque vertu qu’elle pratique par ailleurs, elle n’atteindra jamais la liberté de l’union divine… »

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article