Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

Une unité de mesure équitable pour tous

 

 

Une unité de mesure équitable pour tous

 

Comme Jésus enseignait dans le Temple, levant les yeux, il vit les gens riches qui mettaient leurs offrandes dans le tronc du trésor. Il vit aussi une veuve misérable y déposer deux piécettes. Alors il déclara : « En vérité, je vous le dis : cette pauvre veuve a mis plus que tout le monde. Car tous ceux-là ont pris sur leur superflu pour faire leur offrande, mais elle, elle a pris sur son indigence : elle a donné tout ce qu'elle avait pour vivre. »

 

Luc 21, 1-4

 

 

Mes pensées ne sont pas vos pensées, et mes chemins ne sont pas vos chemins, déclare le Seigneur (Is 55, 8). Alors que nous jugeons sur les apparences, que nous faisons des distinctions entre les personnes favorisant les mieux nantis physiquement, intellectuellement, monétairement ou même spirituellement, le Seigneur porte un regard qui donne chance égale à tous, l’Amour ne faisant acception de personne. Ce qui importe aux yeux du Seigneur ne réside pas dans la valeur nominale du don mais dans l’intensité de l’amour qui l’anime, intensité proportionnelle à la radicalité du don effectué. « En vérité, je vous le dis : cette pauvre veuve a mis plus que tout le monde. Car tous ceux-là ont pris sur leur superflu pour faire leur offrande, mais elle, elle a pris sur son indigence : elle a donné tout ce qu'elle avait pour vivre. » Selon cette optique, beaucoup de premiers seront derniers et les derniers seront premiers (Mc 10, 31), le riche donnant de son superflu pendant que le pauvre donne une part de ce qui lui est essentiel pour vivre. Le regard de Dieu est celui d’un Père qui s’apparente à celui des parents selon la chair qui s’émerveillent du dessin que leur offre leur enfant non en raison de sa qualité artistique mais de l’amour qui sous-tend le geste.

 

Que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle? (Lc 10, 25)

 

J’évite de porter des jugements sur les autres fondés sur les apparences. Je m’efforce de prendre le regard de Dieu et je fais de l’amour mon unité de mesure de référence. Et, bien sûr, je donne sans compter, ne me limitant pas à mon superflu. Mon bien le plus précieux étant mon temps, j’investis ma propre personne. Je me remémore les paroles d’Augustin d’Hippone : la mesure de l’amour c’est d’aimer sans mesure.

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article