Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

Mon enfant, va travailler aujourd’hui à la vigne

En ce temps-là, Jésus disait aux grands prêtres et aux anciens du peuple : « Quel est votre avis ? Un homme avait deux fils. Il vint trouver le premier et lui dit : “Mon enfant, va travailler aujourd’hui à la vigne.” Celui-ci répondit : “Je ne veux pas.” Mais ensuite, s’étant repenti, il y alla. Puis le père alla trouver le second et lui parla de la même manière. Celui-ci répondit : “Oui, Seigneur !” et il n’y alla pas. Lequel des deux a fait la volonté du père ? » Ils lui répondent : « Le premier. » Jésus leur dit : « Amen, je vous le déclare : les publicains et les prostituées vous précèdent dans le royaume de Dieu. Car Jean le Baptiste est venu à vous sur le chemin de la justice, et vous n’avez pas cru à sa parole ; mais les publicains et les prostituées y ont cru. Tandis que vous, après avoir vu cela, vous ne vous êtes même pas repentis plus tard pour croire à sa parole. »

Matthieu 21, 28-32

 

Notre Père céleste nous interpelle tous, croyants et incroyants, à travailler à sa vigne. Qu’est ce que travailler à sa vigne ? C’est accueillir l’amour de Dieu dans nos cœurs et le répandre autour de nous. Certains se disent incroyants mais écoutent tout de même l’Esprit Saint qui s’adresse à eux par l’entremise de leur conscience et font les œuvres de l’amour qu’Il leur inspire. Heureux sont-ils car ils font la volonté du Père. Ils feront partie de ceux qui se feront dire : « Venez, les bénis de mon Père, recevez en héritage le Royaume qui vous a été préparé depuis la fondation du monde. Car j'ai eu faim et vous m'avez donné à manger, j'ai eu soif et vous m'avez donné à boire, j'étais un étranger et vous m'avez accueilli, nu et vous m'avez vêtu, malade et vous m'avez visité, prisonnier et vous êtes venus me voir » (Mt 25, 34-36). D’autre part, si nous croyons, nous devons prendre garde de fonder notre espérance de salut sur la seule foi confessée par nos lèvres car « la foi sans les œuvres est inopérante » (Jc 2, 20), stérile, morte. À quoi sert-il d’avoir la foi en un Dieu qui est Amour si nous dénions à cet Amour la possibilité de se manifester au monde à travers nos personnes ?

 

Que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle? (Lc 10, 25)

 

Par la prière, l’oraison et la fréquentation des sacrements, j’accueille l’amour de Dieu en mon cœur, un amour que je n’y emprisonne pas, mais que je m’efforce de manifester par ma conduite pour qu’à travers moi on puisse rencontrer ce Dieu que je reconnais comme mon Père, comme notre Père à tous, et que tous ensemble, ses enfants, nous puissions aspirer au salut promis par Jésus.

 

 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article