Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

Il vous faut naître d’en haut

En ce temps-là, Jésus disait à Nicodème : « Il vous faut naître d’en haut. Le vent souffle où il veut : tu entends sa voix, mais tu ne sais ni d’où il vient ni où il va. Il en est ainsi pour qui est né du souffle de l’Esprit. » Nicodème reprit : « Comment cela peut-il se faire ? » Jésus lui répondit : « Tu es un maître qui enseigne Israël et tu ne connais pas ces choses-là ? Amen, amen, je te le dis : nous parlons de ce que nous savons, nous témoignons de ce que nous avons vu, et vous ne recevez pas notre témoignage. Si vous ne croyez pas lorsque je vous parle des choses de la terre, comment croirez-vous quand je vous parlerai des choses du ciel ? Car nul n’est monté au ciel sinon celui qui est descendu du ciel, le Fils de l’homme. De même que le serpent de bronze fut élevé par Moïse dans le désert, ainsi faut-il que le Fils de l’homme soit élevé, afin qu’en lui tout homme qui croit ait la vie éternelle.

Jean 3, 7-15

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

Pour nous éveiller aux choses spirituelles, il faut que ce soit Dieu Lui-même qui nous enseigne et encore est-il nécessaire que nos cœurs soient ouverts à accueillir sa Parole et avons-nous besoin des grâces nécessaires pour en comprendre le sens et les mettre en œuvre dans notre quotidien. Car nul n’est monté au ciel sinon celui qui est descendu du ciel, le Fils de l’homme. Jésus, le Fils, le Verbe, la Parole de Dieu faite chair est venu nous révéler explicitement en parole et en actes que Dieu est Amour, qu’Il est Père, et que ce Père attend de nous que nous manifestions la ressemblance de Lui qui nous a créés à son image et qui est la capacité d’aimer. Mais même cette Parole de Dieu rendue explicite dans la chair nous demeure pour ainsi dire étrangère si l’Esprit Saint ne dispose notre cœur à l’accueillir et ne nous en révèle graduellement tout le sens et ne nous donne d’en vivre. Cet Esprit poursuit de l’intérieur la mission du Christ : « Je vous dis tout cela pendant que je demeure encore avec vous ; mais le Défenseur, l'Esprit Saint que le Père enverra en mon nom, lui, vous enseignera tout, et il vous fera souvenir de tout ce que je vous ai dit. » (Jn 14, 26) Ainsi faut-il que le Fils de l’homme soit élevé, afin qu’en lui tout homme qui croit ait la vie éternelle. C’est l’Incarnation du Verbe et son sacrifice sur la croix qui nous ont rendus capables d’accueillir l’Esprit d’Amour : « C'est votre intérêt que je m'en aille, car, si je ne m'en vais pas, le Défenseur ne viendra pas à vous ; mais si je pars, je vous l'enverrai. » (Jn 16, 7)

Que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle ? (Lc 10, 25)

Je demande dans la prière à recevoir l’Esprit Saint qui me fait naître aux réalités d’en haut. Je demande à Marie, mère de Jésus et notre mère qu’il nous a léguée sur la croix, d’intercéder pour moi comme elle a jadis intercédé pour les apôtres au Cénacle afin qu’ils reçoivent l’Esprit Saint. Je me dispose à accueillir cet Esprit en menant une existence conforme aux enseignements du Christ.

 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Jésus a confié sa mère à son disciple Jean. Jamais Jésus n'a dit à ses disciples de prier sa mère pour qu'elle intercède. C'est Jésus qui intercède en notre faveur. L'église catholique enseigne depuis trop longtemps cette hérésie et maintient tant de gens dans l'erreur. Et vous continuez!!!
Répondre
N
Merci sincère pour votre commentaire, d’exprimer votre dissension qui résulte plus, selon ce que j’en perçois, d’un malentendu que d’un désaccord sur le fond, malentendu que vous me permettrez d’essayer de dissiper en exprimant le fond de ma pensée sur le sujet.

Le nœud du problème semble résider dans une certaine confusion entre intercession et rédemption.

La rédemption est l’œuvre exclusive de Jésus ainsi que Pierre l’exprime dans les Actes des Apôtres : « le nom de Jésus Christ le Nazôréen, Il n'y a aucun salut ailleurs qu'en lui; car aucun autre nom sous le ciel n'est offert aux hommes, qui soit nécessaire à notre salut. » (Ac 4, 12). En cela, je crois que nous sommes d’accord !

L’intercession, adresser une demande à Dieu en faveur de quelqu’un d’autre, est un geste d’amour à la portée de tous, dans ce monde comme dans l’au-delà. Abraham était un grand intercesseur, lui qui a obtenu du Seigneur la promesse d’épargner une ville entière s’il n’y trouvait que 10 justes (Gn 18, 32). Pareillement pour Moïse qui s’est dressé en intercesseur en faveur du peuple élu afin qu’il ne subisse pas les conséquences de son infidélité (Dt 9, 25-29). Dans les Actes des apôtres, nous voyons Étienne intercéder en faveur de ceux qui l’ont lapidé : « Seigneur, ne leur compte pas ce péché » (Ac 7, 60) conformément aux enseignements de Jésus Christ : « Aimez vos ennemis et priez pour ceux qui vous persécutent » (Mt 5, 44). Dans l’autre monde, je crois que nos anges intercèdent en notre faveur, eux dont Jésus dit : « Gardez-vous de mépriser aucun de ces petits, car, je vous le dis, aux cieux leurs anges se tiennent sans cesse en présence de mon Père qui est aux cieux » (Mt 18, 10). Notre plus grand intercesseur auprès du Père demeure l’Esprit Saint dont l’apôtre Paul dit : « De même, l'Esprit aussi vient en aide à notre faiblesse, car nous ne savons pas prier comme il faut, mais l'Esprit lui-même intercède pour nous en gémissements inexprimables » (Rm 8, 26). Dans la parabole du riche et de Lazare, Jésus nous montre le riche en proie à la torture au séjour des morts intercéder en faveur de ses cinq frères toujours vivants (Lc 16, 19-31). Si tout ce monde a la possibilité d’intercéder, je ne vois pas pourquoi Marie, la mère de Jésus, mère qu’il nous a léguée sur la croix par l’entremise du disciple Jean, ne pourrait intercéder en notre faveur auprès de son fils Jésus comme elle l’a par ailleurs fait aux noces de Cana. Pour ma part, je trouve rassurant de penser qu’une maman puisse intercéder en ma faveur auprès de Dieu.

Comme l’intercession est un geste d’amour, j’intercède chaque jour en faveur de ceux qui me sont proches et de tous ceux qui par le monde entier vivent une situation difficile semblable à la leur. Si Dieu me fait la faveur de m’accueillir dans son Royaume au terme de ma course, je compte intercéder en faveur de tous ceux du monde des vivants qui seront confrontés aux mêmes défis et difficultés que j’aurai moi-même rencontrés de mon vivant.