Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

As-tu deux minutes ?

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

Nous proclamons heureux ceux qui tiennent bon

 

 

Nous proclamons heureux ceux qui tiennent bon

 

Frères, ne gémissez pas les uns contre les autres, ainsi vous ne serez pas jugés. Voyez : le Juge est à notre porte. Frères, prenez pour modèles d’endurance et de patience les prophètes qui ont parlé au nom du Seigneur. Voyez : nous proclamons heureux ceux qui tiennent bon. Vous avez entendu dire comment Job a tenu bon, et vous avez vu ce qu’à la fin le Seigneur a fait pour lui, car le Seigneur est tendre et miséricordieux. Et avant tout, mes frères, ne faites pas de serment : ne jurez ni par le ciel ni par la terre, ni d’aucune autre manière ; que votre « oui » soit un « oui », que votre « non » soit un « non » ; ainsi vous ne tomberez pas sous le jugement.

 

Lettre de Jacques 5, 9-12

 

 

La persévérance montre la profondeur de notre amour. Il est relativement facile d’être gentils, joyeux, affables, généreux… quand tout va bien pour nous. Autre chose est-ce de continuer à l’être quand nous devons affronter des vents contraires ! L’ami de Dieu, celui qui se reconnaît aimé de Lui et cherche à aimer comme il est aimé, s’efforce de ne pas laisser affecter son humeur par les difficultés qui l’assaillent par délicatesse envers ceux qui l’entourent. Mieux encore, il continue de louer le Seigneur ! C’est là le sacrifice de louange (Ps 116, 17) agréable à Dieu et qui monte vers Lui comme la fumée de l’encens.

 

Frères, prenez pour modèles d’endurance et de patience les prophètes qui ont parlé au nom du Seigneur. Ceux qui nous ont précédés dans la foi non seulement nous servent de modèles de persévérance dans les épreuves, mais encore nous pouvons nous adresser à eux qui font dorénavant partie de l’Église glorieuse pour qu’ils intercèdent pour nous de l’Église en marche afin que Dieu par son Esprit nous donne part aux mêmes dons qui se sont manifestés à travers ces serviteurs exemplaires. Parmi ces modèles, Jacques cite Job qui a tenu bon alors qu’il était dépouillé de tout, même de sa santé, qui a refusé de se plaindre de son sort et de Dieu et qui a été rétabli dans sa situation première (et mieux encore !) par le Seigneur tendre et miséricordieux, rétablissement qui est aussi le symbole de la vie d’amour à laquelle nous aspirons lorsque prendra fin notre exil sur cette terre et que nous retournerons vers notre Créateur et Père.

 

Que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle? (Lc 10, 25)

 

Peu importe les circonstances, je m’efforce de demeurer dans la joie, par amour de ceux qui m’entourent, et dans la louange par amour de ce Dieu de qui j’ai tant reçu et auquel je ne pourrai jamais rendre qu’une infime partie de tout le bien dont Il m’a comblé. Je reprends la prière de Job : « Yahvé avait donné, Yahvé a repris: que le nom de Yahvé soit béni! » (Jb 1, 21) « Si nous accueillons le bonheur comme un don de Dieu, comment ne pas accepter de même le malheur! » En toute cette infortune, Job ne pécha point en paroles (Jb 2, 10).

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article