Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

As-tu deux minutes ?

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

Vivons-nous le Notre Père ?

En ce temps-là,  Jésus disait à ses disciples : « Lorsque vous priez, ne rabâchez pas comme les païens : ils s’imaginent qu’à force de paroles ils seront exaucés. Ne les imitez donc pas, car votre Père sait de quoi vous avez besoin, avant même que vous l’ayez demandé. Vous donc, priez ainsi : Notre Père, qui es aux cieux, que ton nom soit sanctifié, que ton règne vienne, que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel. Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour. Remets-nous nos dettes, comme nous-mêmes nous remettons leurs dettes à nos débiteurs. Et ne nous laisse pas entrer en tentation, mais délivre-nous du Mal. Car, si vous pardonnez aux hommes leurs fautes, votre Père céleste vous pardonnera aussi. Mais si vous ne pardonnez pas aux hommes, votre Père non plus ne pardonnera pas vos fautes. »

Matthieu 6, 7-15

 

Plus qu’une prière qui se récite, le Notre Père est une prière qui se vit. Déjà dans les deux premiers mots, Notre Père, tout est dit ! Sommes-nous bien conscients de nous adresser à une Personne, vivante et agissante, le Dieu des vivants (Mc 12, 27), que cette Personne est Père, qu’il est Notre Père ? Notre relation à Lui est-elle celle d’une fille, d’un fils, à l’égard de son père ? Réalisons-nous avoir tout reçu de Lui et Lui en être redevables ? Souhaitons-nous voir sa volonté s’accomplir ? Faisons-nous tout en notre possible pour que s’accomplisse cette volonté qui est l’amour, l’amour de Dieu et du prochain ? Est-ce que nous nous abandonnons à Lui totalement comme le petit enfant qui ne se soucie de rien car il sait que son père lui procurera tout ce dont il a besoin au moment opportun ? Est-ce que le pain de ce jour se limite pour nous à celui qui procure au corps physique l’énergie nécessaire pour aller de l’avant ? Nous préoccupons-nous de donner à l’âme l’aliment, le pain descendu du ciel (Jn 6, 58), requis pour la sustenter ? Ce Père n’étant pas uniquement mon Père mais Notre Père, considérons-nous vraiment les autres comme des frères et sœurs ? Conséquemment, leur pardonnons-nous les fautes commises à notre égard comme de frères et sœurs savent le faire entre eux ou, du moins, le devraient ? Au moment de la tentation, cherchons-nous refuge auprès de Dieu pour qu’Il l’écarte ou à tout le moins nous procure la force et le courage requis pour y résister ou, au contraire, nous exposons-nous à tomber en comptant orgueilleusement uniquement sur nos moyens dont notre fragile volonté ?

Que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle? (Lc 10, 25)

Je prie et je vis le Notre Père.

 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article