Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

As-tu deux minutes ?

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

Justice, jugement, droiture, seuls sentiers vers le bonheur

 

Mon fils, accueille mes paroles, conserve précieusement mes préceptes, l’oreille attentive à la sagesse, le cœur incliné vers la raison. Oui, si tu fais appel à l’intelligence, si tu invoques la raison, si tu la recherches comme l’argent, si tu creuses comme un chercheur de trésor, alors tu comprendras la crainte du Seigneur, tu découvriras la connaissance de Dieu. Car c’est le Seigneur qui donne la sagesse ; connaissance et raison sortent de sa bouche. Il réserve aux hommes droits la réussite : pour qui marche dans l’intégrité, il est un bouclier, gardien des sentiers du droit, veillant sur le chemin de ses fidèles. Alors tu comprendras la justice, le jugement, la droiture, seuls sentiers qui mènent au bonheur.

 

Livre des Proverbes 2, 1-9

 

 

Il ne peut y avoir de bonheur sans paix et de paix sans justice. L’iniquité, la privation d’accès de certains à des biens dont l’usage est destiné à tous, la disparité croissante entre ceux qui possèdent et ceux qui manquent, sont autant de facteurs qui créent un terreau fertile pour que germent colère et insatisfaction, elles-mêmes s’exprimant dans la violence. Le spirituel, l’homme juste, partage ce que Dieu a mis à sa disposition pour le bien de tous et crée ainsi un climat favorable à la paix sociale essentielle au bonheur de tous et chacun. La négation ou l’oubli de l’existence de Dieu et de ses préceptes d’amour laissent libre cours à la satisfaction égoïste des désirs sans égard aux conséquences, à preuve la dégradation de l’environnement. C’est le Seigneur qui donne la sagesse. L’ennemi du Seigneur, c’est l’argent. Or l’argent, le capitalisme, mène notre monde contemporain. Faut-il s’étonner, dès lors, des nombreux problèmes auxquels nous sommes actuellement confrontés dont le manque d’intelligence (sensibilité) de certains dirigeants ?

 

Que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle? (Lc 10, 25)

 

Face à des problèmes qui me dépassent, je prie. Je fais ce qui est à ma portée pour contribuer au bien commun. Je partage. Je restreins volontairement ma consommation. Je suis conscient que ce que je fais n’est qu’une goutte dans l’océan mais, comme le disait mère Teresa, si je ne le faisais pas, « cette goutte manquerait à l’océan ». Dieu n’a-t-il pas dit à Abraham qu’Il épargnerait une ville entière s’Il y trouvait seulement dix justes (Gn 18, 20-32) ?

 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article