Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

As-tu deux minutes ?

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

À semer largement, on récolte largement

 

Frères, rappelez-vous le proverbe : À semer trop peu, on récolte trop peu ; à semer largement, on récolte largement. Que chacun donne comme il a décidé dans son cœur, sans regret et sans contrainte, car Dieu aime celui qui donne joyeusement. Et Dieu est assez puissant pour vous donner toute grâce en abondance, afin que vous ayez, en toute chose et toujours, tout ce qu’il vous faut, et même que vous ayez en abondance de quoi faire toute sorte de bien. L’Écriture dit en effet de l’homme juste : ‘Il distribue, il donne aux pauvres ; sa justice demeure à jamais.’ Dieu, qui fournit la semence au semeur et le pain pour la nourriture, vous fournira la graine ; il la multipliera, il donnera la croissance à ce que vous accomplirez dans la justice. Il vous rendra riches en générosité de toute sorte, ce qui suscitera notre action de grâce envers Dieu.

 

Deuxième lettre de Paul aux Corinthiens, 9, 6-11

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

 

Ce texte de l’apôtre Paul m’a spontanément remémoré le poème intitulé « le petit grain de riz » de Rabîndranâth Tagore :

 

J’allais mendiant de porte en porte dans les rues du village.

Dans le lointain ton carrosse d’or m’apparut

Comme en un rêve étincelant.

Je me demandais : « Quel est ce roi ? »

Je me suis mis à espérer.

Les mauvais jours me semblaient finis.

J’aurais des aumônes sans les demander,

des richesses répandues à profusion sur le sable.

Le carrosse s’arrêta là où je me trouvais.

Ton regard tomba sur moi et tu descendis en souriant.

Je sentis arriver enfin le bonheur de ma vie.

Alors tu tendis la main droite

et tu me dis : « Qu’as-tu à me donner ? »

Quelle royale plaisanterie,

Demander l’aumône à un mendiant !

J’étais embarrassé, je restais indécis.

Alors de mon sac je tirai un minuscule grain de riz

et te le donnai.

Mais quelle ne fut pas ma surprise, le soir,

Lorsque je retournai le sac

Et découvris le petit grain de riz changé en or !

Alors je pleurai amèrement.

Ah ! Si j’avais eu le cœur de tout donner ! »

 

Dieu nous quémande notre amour, un amour imparfait qui n’est rien eu égard à son Amour infini, un amour qui se manifeste dans le don de nous-mêmes ainsi que des biens tant matériels que spirituels qu’Il nous a confiés pour le bien du plus grand nombre. Jésus nous dit que les gestes d’amour même les plus insignifiants ne demeureront pas sans effet : « Celui qui donnera à boire à l'un de mes disciples, même un simple verre d'eau fraîche, ne perdra pas sa récompense » (Mt 10, 42). Quelle ne sera pas notre surprise, au soir de notre vie lorsque nous découvrirons la valeur inestimable accordée par Dieu à tous les petits gestes d’amour posés dans l’humble quotidien :

 

Alors le Roi dira à ceux qui seront à sa droite : “Venez, les bénis de mon Père, recevez en héritage le Royaume préparé pour vous depuis la fondation du monde. Car j’avais faim, et vous m’avez donné à manger ; j’avais soif, et vous m’avez donné à boire ; j’étais un étranger, et vous m’avez accueilli ; j’étais nu, et vous m’avez habillé ; j’étais malade, et vous m’avez visité ; j’étais en prison, et vous êtes venus jusqu’à moi !” Alors les justes lui répondront : “Seigneur, quand est-ce que nous t’avons vu… ? tu avais donc faim, et nous t’avons nourri ? tu avais soif, et nous t’avons donné à boire ? tu étais un étranger, et nous t’avons accueilli ? tu étais nu, et nous t’avons habillé ? tu étais malade ou en prison… Quand sommes-nous venus jusqu’à toi ?” Et le Roi leur répondra : “Amen, je vous le dis : chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait.” (Mt 25, 34-40).

 

Quel ne sera pas notre étonnement de voir transformé le petit grain de riz de nos gestes quotidiens d’amour en grain d’or de l’Amour infini de Dieu pour nous ! Peut-être regretterons-nous de ne pas avoir fait davantage à l’instar du mendiant du poème ? « À semer largement, on récolte largement. » L’apôtre Paul met cependant un bémol : « Que chacun donne comme il a décidé dans son cœur, sans regret et sans contrainte, car Dieu aime celui qui donne joyeusement. » Notre don, pour être agréé de Dieu, doit être joyeux et porter le sceau de la liberté de l’amour. Donner dans l’espoir d’être payé de retour n’est pas de l’amour…

 

Que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle? (Lc 10, 25)

 

Je donne généreusement. Je me considère le fiduciaire des biens tant matériels que spirituels mis à ma disposition par Dieu et je les emploie à la fin pour laquelle Il me les a confiés en les partageant avec les autres, particulièrement ceux à qui ils font défaut.

 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article