Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

As-tu deux minutes ?

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

La fine fleur de l’amour : donner sans espoir de retour

 

En ce temps-là, Jésus disait aussi à celui qui l’avait invité : « Quand tu donnes un déjeuner ou un dîner, n’invite pas tes amis, ni tes frères, ni tes parents, ni de riches voisins ; sinon, eux aussi te rendraient l’invitation et ce serait pour toi un don en retour. Au contraire, quand tu donnes une réception, invite des pauvres, des estropiés, des boiteux, des aveugles ; heureux seras-tu, parce qu’ils n’ont rien à te donner en retour : cela te sera rendu à la résurrection des justes. »

 

Luc 14, 12-14

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

 

La perfection de l’amour consiste à donner de manière totalement gratuite, sans aucune espèce d’attente de retour. Cela vaut tant pour les hommes que pour Dieu. Si nous donnons généreusement aux hommes en pensant faire de Dieu notre « obligé », en pensant que nos œuvres vont nous « acheter » un coin de paradis dans l’après-vie, nous nous méprenons, car notre amour, si généreux paraisse-il extérieurement, demeure bien imparfait aux yeux de Dieu. Outre la grâce, qu’est-ce qui permet à l’amour d’atteindre un tel niveau ? La reconnaissance, la prise de conscience que Dieu, le premier, nous a aimés et nous a donné plus que nous ne pourrons jamais Lui rendre. Jésus a dit : « Nul n'a plus grand amour que celui-ci: donner sa vie pour ses amis. » (Jn 15, 13). D’une part, notre vie est notre bien le plus précieux et, d’autre part, celui qui a sacrifié son existence pour les autres ne peut espérer toucher une considération future, n’étant plus parmi nous pour la percevoir.

 

Que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle? (Lc 10, 25)

 

Je demande au Seigneur la grâce du détachement qui nous fait cheminer vers la perfection de l’amour, qui Lui permet de manifester de manière tangible son amour au monde, particulièrement à ceux qui sont le plus près de nous, notre prochain. Pour ma part, je médite sur l’amour infini dont je suis aimé et mon impuissance à lui rendre amour pour Amour. J’évite de faire du Seigneur mon « obligé » en appliquant ce conseil évangélique de Jésus : « quand vous avez fait tout ce qui vous était ordonné, dites: "Nous sommes des serviteurs quelconques. Nous avons fait seulement ce que nous devions faire." » (Lc 17, 10).

 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article