Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

Donner à ceux qui ne peuvent le rendre

 

 

Donner à ceux qui ne peuvent le rendre

 

Jésus était entré chez un chef des pharisiens pour y prendre son repas. Il disait à celui qui l'avait invité : " Quand tu donneras un déjeuner ou un dîner, n'invite pas tes amis, ni tes frères, ni tes parents, ni de riches voisins; sinon, eux aussi t'inviteraient en retour, et la politesse te serait rendue. Au contraire, quand tu donnes un festin, invite des pauvres, des estropiés, des boiteux, des aveugles ; et tu seras heureux, parce qu'ils n'ont rien à te rendre : cela te sera rendu à la résurrection des justes. »

 

Luc 14, 12-14

 

Les dons de Dieu et son appel sont irrévocables. Jadis, en effet, vous avez désobéi à Dieu, et maintenant, à cause de la désobéissance des fils d'Israël, vous avez obtenu miséricorde ; de même eux aussi, maintenant ils ont désobéi à cause de la miséricorde que vous avez obtenue, mais c'est pour que maintenant, eux aussi, ils obtiennent miséricorde. Dieu, en effet, a enfermé tous les hommes dans la désobéissance pour faire miséricorde à tous les hommes. Quelle profondeur dans la richesse, la sagesse et la science de Dieu ! Ses décisions sont insondables, ses chemins sont impénétrables ! Qui a connu la pensée du Seigneur ? Qui a été son conseiller ? Qui lui a donné en premier, et mériterait de recevoir en retour ? Car tout est de lui, et par lui, et pour lui. À lui la gloire pour l'éternité ! Amen.

 

Lettre de Paul aux Romains 11, 29-36

 

 

Quand nous donnons à ceux qui ne peuvent nous rendre le bien que nous leur avons fait, nous ne faisons pas autre chose que d’imiter Dieu qui, dans sa miséricorde, nous offre gratuitement et inconditionnellement un pardon que nous ne méritons pas.

 

La plus belle manifestation de l’amour, fut-il divin, se trouve dans le pardon car non seulement donnons-nous à qui ne peut nous rendre mais encore renonçons-nous à un « droit » de réparation du tort subi. Bien que l’Eucharistie soit le plus grand sacrement car Dieu se donne à nous par son entremise, j’ai toujours éprouvé un plus grand attrait pour le sacrement de la réconciliation, l’amour de Dieu, sa miséricorde, l’emportant sur ma désobéissance. Si le fait de s’approcher de la table eucharistique dans des dispositions inappropriées peut aggraver notre état plutôt que de l’améliorer, comme l’a expérimenté Judas à la dernière Cène après avoir acceptée la bouchée tendue par le Christ, jamais n’a-t-on entendu dire que quelqu’un n’ait vu son état empirer après avoir confessé ses fautes, bien au contraire ! Ne négligeons donc pas de fréquenter le sacrement de réconciliation et, mieux encore, recevons ensuite Dieu dans l’Eucharistie. Fréquentant l’un et l’autre sacrement, nous puiserons aux deux principales sources mises à notre disposition par Dieu pour nous communiquer son Amour et ses dons irrévocables.

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article