Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

La charité dans l’unité : la voie à suivre

 

 

La charité dans l’unité : la voie à suivre

 

Jésus disait à ses disciples : « Si ton frère a commis un péché, va lui parler seul à seul et montre-lui sa faute. S'il t'écoute, tu auras gagné ton frère. S'il ne t'écoute pas, prends encore avec toi une ou deux personnes afin que toute l'affaire soit réglée sur la parole de deux ou trois témoins. S'il refuse de les écouter, dis-le à la communauté de l'Église ; s'il refuse encore d'écouter l'Église, considère-le comme un païen et un publicain. Amen, je vous le dis : tout ce que vous aurez lié sur la terre sera lié dans le ciel, et tout ce que vous aurez délié sur la terre sera délié dans le ciel. Encore une fois, je vous le dis : si deux d'entre vous sur la terre se mettent d'accord pour demander quelque chose, ils l'obtiendront de mon Père qui est aux cieux. Quand deux ou trois sont réunis en mon nom, je suis là, au milieu d'eux. »

 

Matthieu 18,15-20

 

 

Le Royaume des cieux nous n’y accéderons pas seuls mais en groupe, en communauté, en Église… La reprise fraternelle, lorsqu’effectuée avec délicatesse et avec le souci authentique du salut du frère qui s’est écarté  du chemin resserré qui mène à la Vie  (Mt 7, 14), constitue un acte de charité car cela ne rapporte rien à celui qui se fait le messager de Dieu si ce n’est, plus souvent qu’autrement, que de s’attirer la mauvaise humeur du fautif en qui il a créé mauvaise conscience. Par contre,  s'il l’écoute, il aura gagné son frère et aura restauré l’unité blessée par le péché. Refuser de dénoncer le mal, revient à s’en faire complice. Dénigrer celui qui fait le mal porte atteinte tant à la charité qu’à l’unité. À trop peu en faire comme à en faire trop nous manquons à notre devoir de solidarité fraternelle. C’est pourquoi Jésus nous propose une démarche bien précise à suivre dans de telles circonstances.

 

Sur une note plus positive, lorsque deux d'entre nous sur la terre se mettent d'accord pour demander quelque chose ou deux ou trois se réunissent au nom du Christ, ils réalisent l’unité souhaitée par Dieu. Quant à la charité, elle est assurément présente car dès que nous sommes deux nous ne pouvons plus penser uniquement à nous-mêmes, plus encore, lorsque nous nous réunissons au nom de Dieu, nous sommes trois, Dieu étant là au milieu de nous. Quand nous intercédons pour notre frère, notre prière est acte de charité pure et plus encore lorsque ce frère nous est hostile ainsi que nous y incite Jésus : « Aimez vos ennemis et priez pour ceux qui vous persécutent afin d'être vraiment les fils de votre Père qui est dans les cieux ; car il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, et tomber la pluie sur les justes et sur les injustes » (Mt 5, 44-45).

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article