Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

Montrez-vous compatissants, comme votre Père

 

Montrez-vous compatissants, comme votre Père (Lc 6, 36)

 

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples en parabole : « Un aveugle peut-il guider un autre aveugle ? Ne vont-ils pas tomber tous les deux dans un trou ? Le disciple n’est pas au-dessus du maître ; mais une fois bien formé, chacun sera comme son maître. Qu’as-tu à regarder la paille dans l’œil de ton frère, alors que la poutre qui est dans ton œil à toi, tu ne la remarques pas ? Comment peux-tu dire à ton frère : “Frère, laisse-moi enlever la paille qui est dans ton œil”, alors que toi-même ne vois pas la poutre qui est dans le tien ? Hypocrite ! Enlève d’abord la poutre de ton œil ; alors tu verras clair pour enlever la paille qui est dans l’œil de ton frère.

 

Luc  6, 39-42.

 

 

Cette parabole est à interpréter à la lumière du conseil évangélique énoncé immédiatement avant : Montrez-vous compatissants comme votre Père est compatissant. Tout ce qui guide l’agir moral chrétien est contenu dans cette seule phrase, en fait l’originalité. Dieu ne me demande rien qu’Il ne m’ait déjà préalablement donné et donné en quantité et qualité qui excèdent largement ce que je pourrai Lui rendre directement ou par les autres à travers lesquels il me quémande l’amour dont il m’a déjà comblé, notamment en me montrant indulgent envers autrui alors que j’ai recours à, que j’implore, la divine miséricorde.

 

Qu'as-tu que tu n'aies reçu? Et si tu l’as reçu pourquoi (1 Co 4, 7) t’en coûte-t-il de le rendre comme si tu ne l’avais pas reçu ? Alors que les autres morales impliquent  les notions de sacrifice et d’obligation, de poser des gestes qu’il nous en coûte dans la recherche du bien, nous découvrons par Jésus un Dieu qui est Père / Amour et qui abhorre lesdits sacrifices en raison du piètre amour qui les inspire : « Allez apprendre ce que veut dire cette parole : C'est la miséricorde que je désire, et non les sacrifices » (Mt 9, 13). Pour les mêmes raisons, Dieu ne recherche pas l’observance servile de la Loi qui énonce les exigences minimales du vivre ensemble, de l’amour, une Loi que Jésus invite à transcender : « Il a été dit… eh bien moi je vous dis… » (Mt 5, 21-47).

 

Que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle? (Lc 10, 25)

 

Lorsqu’il m’en coûte de mettre en pratique un conseil évangélique, je me remémore mon statut d’enfant de Dieu, que j’ai tout reçu de Lui, et que ce qu’Il me demande à travers les événements ou les autres ce n’est rien d’autre qu’une portion de ce qu’Il m’a préalablement comblé et que la réciprocité de l’amour m’incline à rendre. Lorsque l’accomplissement du bien devient sacrifice ou obligation, je demande à l’Esprit Saint de venir raviver de sa flamme l’amour en moi afin que je connaisse la paix promise par Jésus : « Vous trouverez soulagement pour vos âmes. Mon joug est aisé et mon fardeau léger » (Mt 11, 29-30).  

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article