Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

Activisme

 

Activisme

 

Marthe, Marthe, tu t'inquiètes et tu t'agites pour bien des choses. Une seule est nécessaire. Marie a choisi la meilleure part : elle ne lui sera pas enlevée.

 

Luc 10, 41-42

 

 

Il y a des personnes à l’exemple de Marthe pour qui l’action est ce qui est primordial au point que celle-ci vient à occulter l’amour qui pourtant seul importe. S’il est vrai qu’aimer sans agir se révèle une utopie voire un mensonge (« Si quelqu'un dit: "J'aime Dieu" et qu'il déteste son frère, c'est un menteur: celui qui n'aime pas son frère, qu'il voit, ne saurait aimer le Dieu qu'il ne voit pas » 1 Jn 4, 20), lorsque l’action prend le pas sur l’amour, non seulement en venons-nous à rater la cible mais également à drainer notre énergie. Que penserions-nous de quelqu’un qui s’épuise en préparatifs pour nous recevoir mais qui peine à entretenir une conversation parce qu’il croule sous le poids de la fatigue ou encore qui n’a pas de temps de nous parler étant trop occupé par ses chaudrons ? De plus, il est probable que cette personne en vienne à ne pas nous inviter souvent car nous recevoir devient une corvée pour elle et inversement hésiterons-nous à accepter une invitation car la personne aimée et non ce qu’il y a autour d’elle motive nos visites, enfin si nous sommes des amis véritables et non de vulgaires pique-assiette !

 

Il n’en va pas autrement de notre relation avec Dieu. D’une part, quelques soient les actions que nous accomplissions, celles-ci ne suffiront jamais à nous ouvrir les portes de la vie éternelle car seul l’amour importe. D’autre part, si nous négligeons le temps passé avec Dieu dans la prière et la fréquentation des sacrements, fut-ce pour consacrer celui-ci à des actions louables en faveur du prochain, risquons-nous de manquer d’énergie en ne puisant plus à sa Source mais également de manquer la cible comme celui qui néglige l’invité étant trop accaparé par ses chaudrons. Devenons-nous nous alors présomptueux (« Il n’y a que moi qui travaille ici ») et/ou amers comme Marthe : « Marthe, elle, était absorbée par les multiples soins du service. Intervenant, elle dit: "Seigneur, cela ne te fait rien que ma sœur me laisse servir toute seule? Dis-lui donc de m'aider." » (Lc 10, 40). L’activisme est dangereux en ce qu’il mine l’amour qui pourtant devrait être le moteur de nos actions, l’amour souffrant de ce que nous nous pensions meilleurs que les autres, de ce que nous nous comparons à eux en venant même à les envier, de ce que nous décentrions le focus de là où il devrait être, à savoir la personne, pour le tourner vers l’action… Ce qui importe est de préserver un juste équilibre à l’exemple de certaines communautés religieuses qui partagent également leur temps entre le travail et les périodes consacrées exclusivement à Dieu. Il ne s’agit pas là toutefois d’un modèle universel, les laïcs notamment, en raison des devoirs qui sont les leurs, devant consacrer la plus grande partie de leur temps aux activités temporelles mais devant toutefois prendre garde de consacrer quotidiennement un minimum de temps à Dieu, ne serait-ce que quelques minutes ainsi que de brefs instants tout au long de la journée ne serait-ce que pour dire intérieurement : « Mon Dieu, je vous aime ! », « Seigneur, aide-moi ! », « Aie pitié de moi, Seigneur ! »…

 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article