Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

Écoute

 

Écoute

 

Celui qui vous écoute m'écoute ; celui qui vous rejette me rejette ; et celui qui me rejette, rejette celui qui m'a envoyé.

 

Luc 10, 16

 

 

 

Dieu s’adresse à nous via des intermédiaires, en dépit des limites de ces derniers, afin de préserver notre liberté de l’écouter ou non, liberté qui Lui est très chère car à la base de l’amour qu’Il recherche. Aussi est-ce un devoir pour ceux qui se sont vu confier la charge de porte-paroles de transmettre le plus fidèlement possible la Révélation de Dieu et à leurs auditoires de les écouter en autant que leur enseignement soit fidèle à la volonté de Dieu consignée dans les Écritures. Cette conformité aux Écritures est tellement vitale que l’apôtre Paul répète par deux fois qu’il ne faut pas dévier dans l’enseignement de ce qui est rapporté dans les Évangiles avant de dire, et on croirait le voir s’adresser à nous aujourd’hui alors que le message évangélique n’a pas la faveur populaire, qu’il ne faut pas chercher en cette matière à plaire aux hommes mais à Dieu : « Eh bien! si nous-mêmes, si un ange venu du ciel vous annonçait un évangile différent de celui que nous avons prêché, qu'il soit anathème! Nous l'avons déjà dit, et aujourd'hui je le répète: si quelqu'un vous annonce un évangile différent de celui que vous avez reçu, qu'il soit anathème! En tout cas, maintenant est-ce la faveur des hommes, ou celle de Dieu que je veux gagner? Est-ce que je cherche à plaire à des hommes? Si je voulais encore plaire à des hommes, je ne serais plus le serviteur du Christ » (Ga 1, 8-10). La présence du Christ, sommet de la Révélation divine, se poursuivra jusqu’à la fin des temps par l’Esprit Saint qu’il nous a légué et d’une manière tangible par son Église tel qu’expliqué par le regretté Jean-Paul II au numéro 25 de son encyclique Veritatis Splendor :

Le dialogue entre Jésus et le jeune homme riche se poursuit, d'une certaine manière, dans toutes les périodes de l'histoire, et encore aujourd'hui. La question « Maître, que dois-je faire de bon pour obtenir la vie éternelle ? » naît dans le cœur de tout homme, et c'est toujours le Christ, et lui seul, qui donne la réponse intégrale et finale. Le Maître, qui enseigne les commandements de Dieu, qui invite à sa suite et qui accorde la grâce pour une vie nouvelle, est toujours présent et agissant au milieu de nous, selon sa promesse : « Et voici que je suis avec vous pour toujours jusqu'à la fin du monde » (Mt 28, 20). La présence du Christ aux hommes de tous les temps se réalise dans son corps qui est l'Église. Pour cela, le Seigneur a promis à ses disciples l'Esprit Saint, qui leur « rappellerait » et leur ferait comprendre ses commandements (cf. Jn 14, 26) et qui serait le principe et la source d'une vie nouvelle dans le monde (cf. Jn 3, 5-8 ; Rm 8, 1-13).

Données par Dieu dans l'Ancienne Alliance et parvenues à leur perfection dans la Nouvelle et Éternelle Alliance, en la personne même du Fils de Dieu fait homme, les prescriptions morales doivent être fidèlement conservées et actualisées en permanence dans les différentes cultures tout au long de l'histoire. La charge de leur interprétation a été confiée par Jésus aux Apôtres et à leurs successeurs, assistés spécialement par l'Esprit de vérité : « Qui vous écoute, m'écoute » (Lc 10, 16). Avec la lumière et avec la force de l'Esprit, les Apôtres ont accompli la mission de prêcher l'Évangile et de montrer la « voie » du Seigneur (cf. Ac 18, 25), en enseignant avant tout à suivre et à imiter le Christ : « Pour moi, vivre, c'est le Christ » (Ph 1, 21).

Écouter, faut-il le rappeler, ne signifie pas seulement entendre dans le langage biblique mais obéir, incarner dans la vie quotidienne les enseignements reçus. Obéir, ce mot n’a pas bonne presse dans un monde épris de liberté et pour qui liberté signifie enlever toute contrainte ou balise visant à réguler l’activité humaine dans le but de satisfaire les désirs de l’être charnel.  Une question se pose ici : qui est le plus libre de l’homme qui est prêt à tout pour satisfaire ses passions ou de celui sur lequel elles ont peu ou pas d’emprise ?

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article