Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

Emmaüs

 

 

Emmaüs, route du réenchantement

 

Le troisième jour après la mort de Jésus, deux disciples faisaient route vers un village appelé Emmaüs, à deux heures de marche de Jérusalem, et ils parlaient ensemble de tout ce qui s'était passé. Or, tandis qu'ils parlaient et discutaient, Jésus lui-même s'approcha, et il marchait avec eux. Mais leurs yeux étaient aveuglés, et ils ne le reconnaissaient pas. Jésus leur dit : « De quoi causiez-vous donc, tout en marchant ? » Alors, ils s'arrêtèrent, tout tristes. L'un des deux, nommé Cléophas, répondit : « Tu es bien le seul de tous ceux qui étaient à Jérusalem à ignorer les événements de ces jours-ci. » Il leur dit : « Quels événements ? » Ils lui répondirent : « Ce qui est arrivé à Jésus de Nazareth : cet homme était un prophète puissant par ses actes et ses paroles devant Dieu et devant tout le peuple. Les chefs des prêtres et nos dirigeants l'ont livré, ils l'ont fait condamner à mort et ils l'ont crucifié. Et nous qui espérions qu'il serait le libérateur d'Israël !

 

Luc 24, 13-21

 

 

Les disciples d’Emmaüs vivent la désillusion : le libérateur d'Israël qu’ils attendaient est mort crucifié ! Combien de désillusions vivons-nous parce que nous avons une vision trop humaine des choses ! Comme les disciples d’Emmaüs, Jésus marche à nos côtés. Mais nos yeux aveuglés par la recherche d’un succès trop humain, ne le reconnaissent pas. Nous ne voyons que nos rêves déçus. Nous nous apitoyons sur nous-mêmes. Nous ne voyons que l’échec apparent.

 

Que faire pour se sortir de la morosité qui nous accable lorsque nos illusions ne survivent pas à l’épreuve du réel ? Comme Jésus l’a fait avec les disciples d’Emmaüs, il faut relire les Écritures. Nous y verrons que la puissance de Dieu se déploie dans la faiblesse (2 Co 12, 9), ce qu'il y a de fou dans le monde, voilà ce que Dieu a choisi pour confondre les sages; ce qu'il y a de faible dans le monde, voilà ce que Dieu a choisi pour confondre ce qui est fort; ce qui dans le monde est sans naissance et ce que l'on méprise, voilà ce que Dieu a choisi; ce qui n'est pas, pour réduire à rien ce qui est, afin qu'aucune chair n'aille se glorifier devant Dieu (1 Co 1, 27-29). Cette prédilection de Dieu pour ce qui est faible se manifeste par le choix d’Israël, le plus petit des peuples au temps de son élection, un rien lorsqu’on le compare aux grands empires aux côtés desquels il a vécu. Et pourtant ! C’est avec ce peuple que Dieu a conclu une Alliance à laquelle Il a toujours été fidèle malgré que le peuple, lui, se soit détourné à plusieurs reprises de Dieu et de ses préceptes.

 

Nous sommes-nous détournés de Dieu, avons-nous poursuivi des visées trop humaines ? Dans l’histoire d’Israël nous trouverons la garantie que Dieu pardonnera notre égarement passager : « Le Seigneur est miséricordieux et bienveillant, lent à la colère et plein de fidélité. Il ne nous traite pas selon nos péchés, il ne nous rend pas selon nos fautes. Comme les cieux dominent la terre, sa fidélité dépasse ceux qui le craignent. Comme un père est tendre pour ses enfants, le Seigneur est tendre pour ceux qui le craignent » (Ps 103, 8.10-11.13). Enfin, rencontrons Jésus présent sous l’humble apparence du pain eucharistique, signe auquel les disciples d’Emmaüs l’ont reconnu.

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article