Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

Essentiel pardon

 

 

Essentiel pardon

 

Pierre s'approcha de Jésus pour lui demander : « Seigneur, quand mon frère commettra des fautes contre moi, combien de fois dois-je lui pardonner ? Jusqu'à sept fois ? » Jésus lui répondit : « Je ne te dis pas jusqu'à sept fois, mais jusqu'à soixante-dix fois sept fois.

 

Matthieu 18, 21-22

 

 

 

Amour et non-amour ne peuvent cohabiter au sein d’un même cœur. « Nul ne peut servir deux maîtres: ou il haïra l'un et aimera l'autre, ou il s'attachera à l'un et méprisera l'autre » (Mt 6, 24). Si pardonner sans discrimination ou limite est vital pour celui qui souhaite se mettre au service d’un Dieu qui est Amour, cela n’en est pas moins essentiel pour celui qui ne s’intéresse pas au domaine spirituel mais qui souhaite connaître l’amour ou préserver celui qu’il vit. Les personnes que j’ai connues qui ont sciemment cultivé le germe de la rancune ont connu des déboires tant dans leur vie amoureuse que dans leur existence en général. Ne dit-on pas que « quand l’amour va tout va » ?

 

Pardonner rend possible l’amour et ouvre les portes du bonheur car nous ne pouvons trouver ce dernier qu’en étant fidèles à notre vocation, la fin pour laquelle nous avons été créés, à savoir l’amour. Non seulement le pardon donne-t-il accès un bonheur terrestre mais également à un bonheur qui n’aura pas de fin en ouvrant les portes du Royaume de cieux à celui qui a développé sa capacité à aimer pendant son séjour ici-bas.

 

Certains prétendent que le pardon est contraire à la justice. Pardonner n’empêche pas d’entreprendre des recours pour obtenir réparation des torts subis. Tout est dans la mesure et dans l’intention. Ainsi, il est du devoir de chacun de réclamer compensation pour les torts objectifs subis ne serait-ce que pour éviter que le mal, pensant pouvoir agir en toute impunité, se répande en s’attaquant à d’autres. Du point de vue spirituel, pardonner est en soi un acte de justice car comment pourrions-nous espérer recevoir le pardon de Dieu pour nos multiples fautes si nous n’avons pas nous-mêmes pardonnés à nos semblables quand nous en avions l’opportunité pour des offenses moindres si ce n’est en qualité à tout le moins en quantité ? C’est là l’objet de la parabole du débiteur qui demande une remise de sa dette mais qui se montre impitoyable avec ceux qui lui doivent (Mt 18, 23-35). « Heureux les miséricordieux car ils obtiendront miséricorde » (Mt 5, 7). Comment Dieu qui est Justice en plus d’être Amour pourrait-il ne pas traiter avec miséricorde et effacer la dette de celui qui, sa vie durant, n’a pas lésiné sur les pardons à accorder manifestant au monde une parcelle de l’amour inconditionnel de Dieu en faveur de ses créatures en dépit que ces dernières se rebellent, de temps à autre, contre Lui ?

 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article