Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

Magnificat

 

 

Magnificat

 

Mon âme exalte le Seigneur, mon esprit exulte en Dieu mon Sauveur.

Il s'est penché sur son humble servante ;

désormais tous les âges me diront bienheureuse.

Le Puissant fit pour moi des merveilles ; Saint est son nom !

Son amour s'étend d'âge en âge sur ceux qui le craignent.

Déployant la force de son bras, il disperse les superbes.

Il renverse les puissants de leurs trônes, il élève les humbles.

Il comble de biens les affamés, renvoie les riches les mains vides.

Il relève Israël son serviteur, il se souvient de son amour,

de la promesse faite à nos pères, en faveur d'Abraham et de sa race à jamais.  

 

Luc 1, 46-55

 

 

La joie de Marie, sa louange, ne doivent pas se limiter à elle mais s’étendre à l’ensemble de ceux à qui il a été donné de croire car, s’il n’y a qu’une seule mère, à tous ceux qui l'accueillent (en leur cœur), il a donné pouvoir de devenir enfants de Dieu, à ceux qui croient en son nom (Jn 1, 12). Ambroise de Milan, dans son Traité sur l’évangile de Luc, note que le bonheur de Marie s’étend à l’ensemble des croyants : « Mais vous aussi bienheureux, qui avez entendu et cru ! car toute âme qui croit, conçoit et engendre la parole de Dieu et reconnaît ses œuvres. Qu'en tous réside l'âme de Marie pour glorifier le Seigneur ; qu'en tous réside l'esprit de Marie pour exulter en Dieu. S'il n'y a corporellement qu'une Mère du Christ, par la foi le Christ est le fruit de tous : car toute âme reçoit le Verbe de Dieu »

 

Qu’est-ce que magnifier le Seigneur ? Laissons Ambroise poursuivre : l'âme de Marie a magnifié le Seigneur et son esprit a tressailli dans le Dieu Sauveur. Le Seigneur est en effet magnifié, ainsi que vous l'avez lu ailleurs : « Magnifiez le Seigneur avec moi » (Ps. 33, 4) : non que la parole humaine puisse ajouter quelque chose au Seigneur, mais parce qu'il grandit en nous ; car « le Christ est l'image de Dieu » (II Cor., IV, 4; Coloss., I, 15) et, dès lors, l'âme qui fait œuvre juste et religieuse magnifie cette image de Dieu, à la ressemblance de qui elle a été créée ; dès lors aussi, en la magnifiant, elle participe en quelque sorte à sa grandeur et s'en trouve élevée : elle semble reproduire en elle cette image par les brillantes couleurs de ses bonnes œuvres, et comme la copier par la vertu.

 

Voulons-nous participer à la vie divine ? Vidons-nous de nous-mêmes, reconnaissons notre rien pour accueillir Celui qui est (Ex 3, 14) et louons-le pour daigner se pencher sur ses humbles serviteurs par pur amour car il n’est rien que nous ne puissions Lui rajouter. Mieux, il nous conserve ses bienfaits en dépit de ce qu’il arrive que nous nous détournions de Lui car Il est le Dieu fidèle : Il relève Israël son serviteur, il se souvient de son amour, de la promesse faite à nos pères, en faveur d'Abraham et de sa race à jamais. Cette indéfectible fidélité en dépit de nos infidélités ne mérite-t-elle pas à elle seule que nous nous réjouissions et louions Celui qui est à son origine ?

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article