Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

Retrouver Dieu

 

Retrouver Dieu

 

Cherchez le Seigneur et sa puissance, recherchez sans trêve sa face ;

souvenez-vous des merveilles qu'il a faites, de ses prodiges, des jugements qu'il prononça,

vous, la race d'Abraham son serviteur, les fils de Jacob, qu'il a choisis.

Le Seigneur, c'est lui notre Dieu : ses jugements font loi pour l'univers.

Il s'est toujours souvenu de son alliance, parole édictée pour mille générations :

promesse faite à Abraham, garantie par serment à Isaac.

 

Psaume 105, 4-9

 

 

 

À qui le psalmiste s’adresse-t-il ? Sûrement pas à celui qui n’a pas eu l’opportunité de connaître Dieu puisqu’il dit : souvenez-vous des merveilles qu'il a faites. Donc, ceux à qui ils s’adressent ont connu Dieu et ses bienfaits mais se sont eux-mêmes éloignés de Lui ou ont l’impression que Dieu a pris de la distance par rapport à eux car les faveurs sensibles dont ils jouissaient se sont taries. Dans le deuxième cas, il s’agit bel et bien d’une impression et non d’une réalité car Dieu est fidèle et est toujours près de nous. Pourquoi alors cessent périodiquement ses faveurs sensibles ? Il veut que nous nous attachions à Lui seul et non aux bénéfices potentiels que nous pouvons retirer de notre relation avec Lui. Aussi, purifie-t-il notre amour périodiquement, dans ce que l’on appelle sécheresses pour les brèves périodes ou nuits pour les plus longues, en nous privant de ce dont nous tirions satisfaction, entre autres choses le goût de la prière.

 

Dans un cas comme dans l’autre, éloignement de Dieu causé par notre indifférence ou notre péché ou seulement impression que Dieu s’est éloigné de nous sans faute de notre part, le remède est le même : souvenez-vous des merveilles qu'il a faites, de ses prodiges, des jugements qu'il prononça. Nous sommes-nous éloignés de nous-mêmes, suivons l’exemple du fils prodigue : « Rentrant alors en lui-même, il se dit: Combien de mercenaires de mon père ont du pain en surabondance, et moi je suis ici à périr de faim! Je veux partir, aller vers mon père et lui dire: Père, j'ai péché contre le Ciel et envers toi » (Lc 15, 17-18). Le Seigneur qui s’est toujours souvenu de son alliance ne saurait demeurer indifférent à une telle démarche et, à l’instar du père du prodigue, pardonnera nos fautes. Quand à celui qui n’a rien fait pour mériter cette sensation d’éloignement, se rappeler des bons moments passés aide à passer outre aux moments difficiles tout comme c’est le cas d’ailleurs dans une relation de couple purement humaine.

 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article