Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

Sus à l'exclusivité !

 

 

Sus à l’exclusivité !

 

Jean, l'un des Douze, disait à Jésus : « Maître, nous avons vu quelqu'un chasser des esprits mauvais en ton nom ; nous avons voulu l'en empêcher, car il n'est pas de ceux qui nous suivent. » Jésus répondit : « Ne l'empêchez pas, car celui qui fait un miracle en mon nom ne peut pas, aussitôt après, mal parler de moi ; celui qui n'est pas contre nous est pour nous. »

 

Marc 9, 38-40

 

 

 Dieu est Amour (1 Jn 4, 8). Il aime d’un amour personnel chaque humain mais, contrairement à nous, il aime collectivement tous les humains, sans distinction de langue, de couleur, de statut social… Il conserve même son amour à ceux qui lui tournent le dos, espérant comme le père du fils prodigue (Lc 15, 11-32) qu’ils reviendront vers Lui dans le temps de grâce accordé qui est la durée de vie terrestre. Et là encore, a-t-Il prévu un temps de purification additionnel pour ceux qui, sans s’être détournés de Lui de façon irrémédiable, n’ont pas développé un amour suffisant pour vivre en sa présence, temps que l’Église désigne par le terme Purgatoire (CEC 1030-1032).

 

La notion de chasse gardée ou de privilèges accordés à des personnes ou des groupes restreints se révèle-t-elle incompatible avec l’universalité de l’amour de Dieu. Cela ne veut pas dire que tous reçoivent également, bien au contraire : « Il y a, certes, diversité de dons spirituels, mais c'est le même Esprit; diversité de ministères, mais c'est le même Seigneur; diversité d'opérations, mais c'est le même Dieu qui opère tout en tous » (1 Co 12, 4-6). Cependant, tout ce qui est donné ne l’est pas pour notre jouissance personnelle ou celle d’une garde rapprochée mais pour le bien de l’ensemble : « À chacun la manifestation de l'Esprit est donnée en vue du bien commun » (1 Co 12, 7). Qui reçoit davantage se voit-il investi d’une plus grande responsabilité envers les autres. S’il y a privilège dans l’attribution des dons, chaque bénéficiaire étant investi d’une richesse qui lui est propre, les bienfaits qui en découlent doivent bénéficier à tous, indistinctement.

 

Nous avons de la difficulté avec cette notion d’universalité de l’amour de Dieu. Nous apprécions les privilèges. Aussi, l’apôtre Jean voudrait-il restreindre le pouvoir de chasser les esprits mauvais au nom de Jésus au cercle restreint de ceux qui le suivent. Pareillement, voit-on Josué s’insurger contre le fait que Eldad et Médad prophétisent dans le camp et demande : « Moïse, mon maître, arrête-les ! » (Nb 11, 27-28). Moïse démontre toute sa grandeur d’âme en souhaitant voir s’étendre à tout le peuple la capacité de prophétiser qui semblait jusque là avoir été attribuée à lui seul : « Serais-tu jaloux pour moi ? Ah ! Si le Seigneur pouvait mettre son esprit sur eux, pour faire de tout son peuple un peuple de prophètes ! » (Nb 11, 29). Jésus fait une réponse semblable à Jean : « Ne l'empêchez pas, car celui qui fait un miracle en mon nom ne peut pas, aussitôt après, mal parler de moi ; celui qui n'est pas contre nous est pour nous ». Lorsque nous voyons des groupes chercher à restreindre aux seuls membres ou initiés des privilèges ou connaissances, nous pouvons légitimement douter qu’ils sont animés par l’Esprit de Dieu qui, d’une grande libéralité, souffle où il veut (Jn 3, 8).

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article