Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

As-tu deux minutes ?

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

Quelle est la disposition de notre cœur ?

 

En ce temps-là, comme une grande foule se rassemblait, et que de chaque ville on venait vers Jésus, il dit dans une parabole : « Le semeur sortit pour semer la semence, et comme il semait, il en tomba au bord du chemin. Les passants la piétinèrent, et les oiseaux du ciel mangèrent tout. Il en tomba aussi dans les pierres, elle poussa et elle sécha parce qu’elle n’avait pas d’humidité. Il en tomba aussi au milieu des ronces, et les ronces, en poussant avec elle, l’étouffèrent. Il en tomba enfin dans la bonne terre, elle poussa et elle donna du fruit au centuple. » Disant cela, il éleva la voix : « Celui qui a des oreilles pour entendre, qu’il entende ! » Ses disciples lui demandaient ce que signifiait cette parabole. Il leur déclara : « À vous il est donné de connaître les mystères du royaume de Dieu, mais les autres n’ont que les paraboles. Ainsi, comme il est écrit : ‘Ils regardent sans regarder, ils entendent sans comprendre.’ Voici ce que signifie la parabole. La semence, c’est la parole de Dieu. Il y a ceux qui sont au bord du chemin : ceux-là ont entendu ; puis le diable survient et il enlève de leur cœur la Parole, pour les empêcher de croire et d’être sauvés. Il y a ceux qui sont dans les pierres : lorsqu’ils entendent, ils accueillent la Parole avec joie ; mais ils n’ont pas de racines, ils croient pour un moment et, au moment de l’épreuve, ils abandonnent. Ce qui est tombé dans les ronces, ce sont les gens qui ont entendu, mais qui sont étouffés, chemin faisant, par les soucis, la richesse et les plaisirs de la vie, et ne parviennent pas à maturité. Et ce qui est tombé dans la bonne terre, ce sont les gens qui ont entendu la Parole dans un cœur bon et généreux, qui la retiennent et portent du fruit par leur persévérance. »

 

Luc 8, 4-15

 

 

Tout se joue au plus intime de nous-mêmes, au niveau du cœur. La parole de Dieu qui tombe au bord du chemin c’est celle qui tombe dans les oreilles de ceux dont le cœur s’est endurci et est devenu de pierre, le message d’amour qu’elle véhicule ne trouvant d’endroit où s’enraciner tellement la notion même d’amour leur est étrangère. Ces personnes entretiennent des relations de pouvoir avec leurs semblables et mettent leur confiance dans les outils qui peuvent leur en procurer : connaissance, argent, biens matériels… Ceux qui croient pour un moment et abandonnent au moment de l’épreuve, sont ceux dont le cœur est ouvert à l’amour tant qu’il ne leur en coûte rien ! Leur amour est un amour superficiel de sentimentalité. Lorsqu’ils se retrouvent temporairement en position où ils doivent donner plus qu’ils ne reçoivent, ils abandonnent. Le cas des suivants est plus tragique encore. Alors qu’ils étaient dans la bonne voie, potentiellement en  raison d’avoir eu l’opportunité d’êtres élevés dans une cellule familiale aimante, ils ont laissé leur cœur être envahi par ce qui n’est pas l’Amour, les soucis, la richesse et les plaisirs de la vie, et l’ont malencontreusement laissé se détourner ce qui devrait être son unique objectif : aimer. Enfin, il y a la bonne terre, les cœurs bons et généreux, non seulement les cœurs bons mais qui sont également généreux à savoir qu’ils donnent sans compter, sans mesurer. À ces deux qualificatifs Jésus ajoute la persévérance, car l’amour véritable a cette caractéristique de résister à l’épreuve du temps. Il continue à aimer même lorsqu’il ne reçoit pas un accueil favorable, il pardonne. Ceux qui ont un cœur bon, généreux et persévèrent à aimer en dépit de vents contraires, ceux-là portent du fruit, le fruit recherché par Dieu de l’amour.

 

Que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle? (Lc 10, 25)

                                                                                                                                                     

Je demande au Seigneur de m’apprendre à aimer, à aimer en vérité, plus que moi-même. Je m’entraîne à aimer : je partage, j’écoute les autres, je compatis avec eux, je donne de mon temps et de l’argent et, surtout, je pardonne. Je prends conscience qu’Amour et non-amour ne peuvent cohabiter au sein d’un même cœur.

 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article