Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

As-tu deux minutes ?

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

Maître, nous avons peiné toute la nuit sans rien prendre

 

En ce temps-là, la foule se pressait autour de Jésus pour écouter la parole de Dieu, tandis qu’il se tenait au bord du lac de Génésareth. Il vit deux barques qui se trouvaient au bord du lac ; les pêcheurs en étaient descendus et lavaient leurs filets. Jésus monta dans une des barques qui appartenait à Simon, et lui demanda de s’écarter un peu du rivage. Puis il s’assit et, de la barque, il enseignait les foules. Quand il eut fini de parler, il dit à Simon : « Avance au large, et jetez vos filets pour la pêche. » Simon lui répondit : « Maître, nous avons peiné toute la nuit sans rien prendre ; mais, sur ta parole, je vais jeter les filets. » Et l’ayant fait, ils capturèrent une telle quantité de poissons que leurs filets allaient se déchirer. Ils firent signe à leurs compagnons de l’autre barque de venir les aider. Ceux-ci vinrent, et ils remplirent les deux barques, à tel point qu’elles enfonçaient. À cette vue, Simon-Pierre tomba aux genoux de Jésus, en disant : « Éloigne-toi de moi, Seigneur, car je suis un homme pécheur. » En effet, un grand effroi l’avait saisi, lui et tous ceux qui étaient avec lui, devant la quantité de poissons qu’ils avaient pêchés ; et de même Jacques et Jean, fils de Zébédée, les associés de Simon. Jésus dit à Simon : « Sois sans crainte, désormais ce sont des hommes que tu prendras.» Alors ils ramenèrent les barques au rivage et, laissant tout, ils le suivirent.

 

Luc 5, 1-11

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

 

Nous peinons en vain, nous nous dépensons pour rien si, celui qui donne la croissance, Dieu (1 Co 3, 7) n’y apporte sa touche, son soutien. Cela vaut particulièrement dans l’ordre spirituel où tout est grâce, une grâce qui, cependant, par la volonté expresse de Dieu, requiert des coopérateurs (1 Co 3, 9) pour se répandre. Ce qui s’est passé dans la barque de Pierre et de ses associés, Jacques et Jean, les vains efforts déployés par le trio la nuit précédente, le renversement de situation quand le Seigneur intervient, le miracle, tout cela n’a pour but que de faire comprendre à ceux-ci et à nous, à travers eux, que nos efforts demeureront stériles si nous comptons uniquement sur nous-mêmes. Prenant conscience de l’inutilité relative de leur activité si elle ne s’inscrivait dans le plan d’amour de Dieu, les trois ramenèrent les barques au rivage et, laissant tout, ils suivirent Jésus.

 

Que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle? (Lc 10, 25)

 

Je me questionne, j’examine ma conduite, pour savoir si je me considère un coopérateur de Dieu, un outil entre ses mains, pour Le laisser répandre son amour autour de moi ou si, au contraire, je pense « faire quelque chose pour Dieu », je me considère l’initiateur de mon activité et la cause première de sa fécondité. Dans le second cas, il y a fort à parier, puisque je compte prioritairement sur moi-même, que mes efforts demeurent vains ou, à tout le moins, ne portent pas tout le fruit qui devrait être le leur si je m’en remettais totalement au Seigneur.

 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article