Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

As-tu deux minutes ?

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

Si donc le Fils vous rend libres, réellement vous serez libres

En ce temps-là, Jésus disait à ceux des Juifs qui croyaient en lui : « Si vous demeurez fidèles à ma parole, vous êtes vraiment mes disciples ; alors vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous rendra libres. » Ils lui répliquèrent : « Nous sommes la descendance d’Abraham, et nous n’avons jamais été les esclaves de personne. Comment peux-tu dire : “Vous deviendrez libres” ? » Jésus leur répondit : « Amen, amen, je vous le dis : qui commet le péché est esclave du péché. L’esclave ne demeure pas pour toujours dans la maison ; le fils, lui, y demeure pour toujours. Si donc le Fils vous rend libres, réellement vous serez libres. Je sais bien que vous êtes la descendance d’Abraham, et pourtant vous cherchez à me tuer, parce que ma parole ne trouve pas sa place en vous. Je dis ce que moi, j’ai vu auprès de mon Père, et vous aussi, vous faites ce que vous avez entendu chez votre père. » Ils lui répliquèrent : « Notre père, c’est Abraham. » Jésus leur dit : « Si vous étiez les enfants d’Abraham, vous feriez les œuvres d’Abraham. Mais maintenant, vous cherchez à me tuer, moi, un homme qui vous ai dit la vérité que j’ai entendue de Dieu. Cela, Abraham ne l’a pas fait. Vous, vous faites les œuvres de votre père. » Ils lui dirent : « Nous ne sommes pas nés de la prostitution ! Nous n’avons qu’un seul Père : c’est Dieu. » Jésus leur dit : « Si Dieu était votre Père, vous m’aimeriez, car moi, c’est de Dieu que je suis sorti et que je viens. Je ne suis pas venu de moi-même ; c’est lui qui m’a envoyé. »

 

Jean 8, 31-42.

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

 

Qui commet le péché est esclave du péché. Le péché asservit. Il asservit en nous procurant une jouissance temporaire qui demande sans cesse à être nourrie, renouvelée. Il asservit en nous détournant du Bien véritable qui est Dieu, de l’amour-don en qui seul nous trouvons le bonheur, de manière imparfaite en cette vie, car notre amour n’y atteint pas sa perfection, en plénitude pour l’éternité après y avoir été purifié par Dieu.

 

Si donc le Fils vous rend libres, réellement vous serez libres. La vertu, la manifestation pratique d’une facette de l’amour à un degré élevé, est un don de Dieu. Certains objecteront qu’il existe des non-croyants qui sont vertueux. D’une part, leur incroyance ne signifie pas que Dieu, dans son infinie bonté ait pu leur faire ce don de manière tout à fait gratuite. D’autre part, la vertu acquise « à force de bras », qui ne procède pas de l’Amour, constitue un véritable esclavage tant est élevé le prix des efforts à fournir pour la maintenir et, il n’est pas rare de voir certains arrivés de cette manière à cet état tomber éventuellement, à bout de souffle, dans le vice, le non-amour, qui lui est opposé.

                                                                 

Que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle ? (Lc 10, 25)

 

Je demande au Seigneur le don de la vertu, particulièrement de celle qui s’oppose à ce qui fait le plus obstacle à l’Amour en moi, afin de trouver la liberté des enfants de Dieu. Je fais mienne la prière d’Augustin d’Hippone : « Seigneur, donne-moi ce que tu me demandes ».

                

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article