Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

Donnez-leur vous-mêmes à manger

 

 

Donnez-leur vous-mêmes à manger

 

Jésus partit en barque pour un endroit désert, à l'écart. Les foules l'apprirent et, quittant leurs villes, elles suivirent à pied. En débarquant, il vit une grande foule de gens ; il fut saisi de pitié envers eux et guérit les infirmes. Le soir venu, les disciples s'approchèrent et lui dirent : « L'endroit est désert et il se fait tard. Renvoie donc la foule : qu'ils aillent dans les villages s'acheter à manger ! » Mais Jésus leur dit : « Ils n'ont pas besoin de s'en aller. Donnez-leur vous-mêmes à manger. » Alors ils lui disent : « Nous n'avons là que cinq pains et deux poissons. » Jésus dit : « Apportez-les-moi ici. » Puis, ordonnant à la foule de s'asseoir sur l'herbe, il prit les cinq pains et les deux poissons, et, levant les yeux au ciel, il prononça la bénédiction ; il rompit les pains, il les donna aux disciples, et les disciples les donnèrent à la foule. Tous mangèrent à leur faim et, des morceaux qui restaient, on ramassa douze paniers pleins. Ceux qui avaient mangé étaient environ cinq mille, sans compter les femmes et les enfants.

 

Matthieu 14, 13-21

 

 

Donnez-leur vous-mêmes à manger. Nous sommes les premiers responsables du bien-être de nos frères. Qui pense n’avoir aucune responsabilité envers autrui se range dans le camp de Caïn : « Suis-je le gardien de mon frère ? » (Gn 4, 9). Jésus nous avise d’ailleurs que nous aurons des comptes à rendre pour le support que nous aurons omis d’apporter aux plus nécessiteux : « Allez loin de moi, maudits, dans le feu éternel qui a été préparé pour le diable et ses anges. Car j'ai eu faim et vous ne m'avez pas donné à manger, j'ai eu soif et vous ne m'avez pas donné à boire, j'étais un étranger et vous ne m'avez pas accueilli, nu et vous ne m'avez pas vêtu, malade et prisonnier et vous ne m'avez pas visité. Alors ceux-ci lui demanderont à leur tour: Seigneur, quand nous est-il arrivé de te voir affamé ou assoiffé, étranger ou nu, malade ou prisonnier, et de ne te point secourir? Alors il leur répondra: En vérité je vous le dis, dans la mesure où vous ne l'avez pas fait à l'un de ces plus petits, à moi non plus vous ne l'avez pas fait » (Mt 25, 41-45).

 

Peut-être serons-nous tentés de nous soustraire à nos obligations en raison du manque de moyens ? « Nous n'avons là que cinq pains et deux poissons ». Notons d’abord que la plus grande souffrance vient souvent de l’isolement dans lequel enferme l’indigence et que son antidote, la compassion, souffrir avec l’autre, est à la portée de tous. D’autre part, mère Teresa note judicieusement qu’il n’y a pas de contribution insignifiante  quand vient le temps de combattre la misère humaine : « Nous ne sommes qu’une goutte d’eau dans l’océan, mais si nous n’existions pas cette goutte d’eau manquerait à l’océan ». Enfin, nous pouvons être assurés que Dieu saura pallier au manque de moyens matériels par l’intervention de sa Providence. Notre Père sait bien ce qu'il nous faut (Mt 6, 8) et nous nous laissera pas manquer du nécessaire, à plus forte raison quand il s’agit de prêter assistance à autrui.

 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article