Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

Croire en soi

 

Croire en soi

 

We do not believe in ourselves until someone reveals that deep inside us something is valuable, worth listening to, worthy of our trust, sacred to our touch. Once we believe in ourselves, we can risk curiosity, wonder, spontaneous delight, or any experience that reveals the human spirit.

 

–  E. E. Cummings (1894- 1962)  

 

Nous ne croyons pas en nous-mêmes avant que quelqu'un ne nous révèle qu'il y a au plus profond de nous quelque chose de valable, qui mérite d'être écouté, digne de notre confiance et qui nous est propre. Dès que, nous croyons en nous-mêmes, nous pouvons oser la curiosité, l'émerveillement, le ravissement spontané ou encore toute autre expérience qui révèle l'esprit humain.

 

 

La confiance en soi n’est pas innée, elle s’acquiert ou, plus précisément, elle se reçoit. Quelle œuvre magnifique réalisent ceux qui, par leur action, rehaussent l’estime personnelle de ceux qui les entourent que ce soit par un simple mot d’encouragement ou par un processus élaboré par lequel ils confient aux autres des responsabilités qui augmentent à un rythme correspondant à l’évolution de leurs capacités. Développer la confiance d’autrui est un art car le plus important en ce domaine est de procéder avec mesure : confier des responsabilités qui excèdent la capacité de l’exécutant risquent de briser la confiance de celui-ci alors qu’il ne pourra jamais se développer pleinement si le niveau de difficulté est insuffisant. Il en va de même des paroles alors que les félicitations pour une performance bien en-deçà des capacités manquent de crédibilité ou, pire encore, encouragent la paresse. De même, l’absence de reconnaissance pour les responsabilités assumées avec succès ne fait rien pour rehausser la motivation et l’estime de soi.

 

Le spirituel tire sa confiance non de l’estime volatile des hommes à son égard, mais de la certitude que Dieu fécondera son action imparfaite pour lui faire porter du fruit en plénitude. C’est la petite voie de Thérèse de Lisieux : « Vous me faites penser au tout petit enfant qui commence à se tenir debout, mais ne sait pas encore marcher. Voulant rejoindre sa mère au haut d'un escalier, il lève son petit pied pour monter la première marche. Peine inutile! Il retombe toujours sans pouvoir avancer. Eh bien, consentez à être ce petit enfant. Par la pratique de toutes les vertus, levez toujours votre petit pied pour gravir l'escalier de la Sainteté. Vous n'arriverez même pas à monter la première marche, mais le bon Dieu ne demande de vous que la bonne volonté. Bientôt, vaincu par vos efforts inutiles, il descendra lui-même, et, vous prenant dans ses bras, vous emportera pour toujours dans son royaume.» Le spirituel se sent-il impuissant qu’il se réjouit de ce que ses limites inclinent Dieu à suppléer à son incapacité humaine par son action divine: « lorsque je suis faible, c'est alors que je suis fort. » (2 Co 12, 10).

 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article