Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

Démission

 

Démission

 

C'est toujours sur une démission collective que les tyrans fondent leur puissance.

 

Maurice Druon  (1918-2009)

 

 

 

Démissionner, abandonner, n’est pas sans conséquences. Les plus grands dangers qui guettent les sociétés modernes sont le sentiment d’impuissance qu’éprouvent ceux qui les composent de même que leur désillusion face à des institutions, des projets ou des hommes dont l’apport s’est situé nettement en-deçà des attentes. La diminution progressive du taux de participation aux votes visant à élire des représentants aux divers paliers de gouvernement constitue un symptôme bien visible de la démission des citoyens déçus d’avoir vu des élus de toute allégeance politique poursuivre des intérêts personnels au détriment du bien commun, ce qui les conduit à douter que de telles personnes puissent effectivement exister. Pire encore, la mauvaise réputation des élus incite des gens valables à ne pas se présenter, ne voulant pas être associés à des personnes dont les valeurs se révèlent incompatibles aux leurs, ce qui amplifie davantage la perception négative des électeurs face aux candidats. Une telle situation permet à certains d’accéder et de se maintenir à des postes sans que cela ne soit justifié par le mérite.

 

Les spirituels ne doivent pas abandonner de faire le bien sous peine que le mal ne vienne à dominer en maître sur cette terre. Toute action, même la plus infime compte comme le disait Mère Teresa : « Nous ne sommes qu’une goutte d’eau dans l’océan, mais si nous n’existions pas cette goutte d’eau manquerait à l’océan », d’autant plus que c’est Dieu qui féconde nos actions, qu’Il se charge de leur faire porter du fruit en abondance même si elles sont imparfaites ou insignifiantes, ce qui compte à ses yeux étant notre intention de coopérer à son plan de salut, de faire sa volonté de préférence à la nôtre. Si Jésus nous dit « ne vous inquiétez pas pour votre vie de ce que vous mangerez, ni pour votre corps de quoi vous le vêtirez » (Lc 12, 22) encore moins faut-il se préoccuper du résultat d’actes que nous posons pour Lui, pour que survienne son Royaume. Lui dont la Parole ne revient pas vers Lui sans effet, sans avoir accompli ce qu’Il a voulu et réalisé l'objet de sa mission (Is 55, 11) saura bien faire produire un bien aussi sinon plus grand à nos actions que le résultat que nous en attendions même si celui-ci, plus souvent qu’autrement, demeure caché à nos yeux en raison de leur incapacité à percer le voile des apparences.

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article