Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

Double sens

 

 

Double sens

 

Jésus était en train d'enseigner dans une synagogue, le jour du sabbat. Il y avait là une femme, possédée par un esprit mauvais qui la rendait infirme depuis dix-huit ans ; elle était toute courbée et absolument incapable de se redresser. Quand Jésus la vit, il l'interpella : « Femme, te voilà délivrée de ton infirmité. » Puis, il lui imposa les mains ; à l'instant même elle se trouva toute droite, et elle rendait gloire à Dieu.

 

Luc 13, 10-13

 

 

Les miracles accomplis par Jésus manifestent physiquement le changement spirituel invisible que son contact opère dans les âmes. Les miracles ne sont que la pointe de l’iceberg des effets de son action. Jésus lui-même l’affirme : « Eh bien! pour que vous sachiez que le Fils de l'homme a le pouvoir sur la terre de remettre les péchés, je te l'ordonne, dit-il au paralysé, lève-toi et, prenant ta civière, va chez toi » (Luc 5, 24). Si nous nous limitons au sens littéral des récits de la vie de Jésus ou des récits sacrés dans leur ensemble, nous sommes comme cette femme, courbés et incapables de se redresser pour contempler les réalités d’en haut, tout absorbés que nous sommes par ce que nous voyons et que nous prenons à tort pour la seule réalité parce que la seule qu’il nous est donnée de contempler.

 

Revenons à notre histoire. L’objectif du sabbat n’était-il pas que l’homme prenne un temps d’arrêt pour élever son esprit vers Dieu et lui rendre la gloire qui lui revient. Et quel est l’effet de l’action de Jésus ? À l'instant même elle se trouva toute droite, et elle rendait gloire à Dieu. Tout est bien qui finit bien serions-nous tentés de croire. Mais non ! Il se trouve là un homme chargé de représenter les intérêts de Dieu, et pas n’importe quel ! le chef de la synagogue, qui trouve à redire : « Il y a six jours pour travailler ; venez donc vous faire guérir ces jours-là, et non pas le jour du sabbat » (Lc 13, 14). En dépit de la fonction qui devrait le mettre en contact avec Dieu, lui aussi est courbé vers les réalités visibles et est incapable de se redresser pour voir l’action divine, tout attaché qu’il est aux prescriptions du culte plutôt qu’en ce qu’elles signifient. Et Jésus de dénoncer la duplicité d’un homme s’affichant comme spirituel alors qu’il est profondément attaché au matériel. Ce matériel a-t-il comme but de conduire à Dieu, il constitue un obstacle insidieux pour qui l’élève au rang d’absolu car il ancre alors dans ce qui est terrestre au détriment du divin qu’il est pourtant censé représenter. « Esprits faux que vous êtes ! N'est-il pas vrai que le jour du sabbat chacun de vous détache de la mangeoire son bœuf ou son âne pour le mener boire ? Et cette femme, une fille d'Abraham, que Satan avait liée il y a dix-huit ans, n'est-il pas vrai que le jour du sabbat il fallait la délivrer de ce lien ? » (Lc 13, 15-16). Le but n’est-il pas de rencontrer Dieu le jour du sabbat ? N’est-ce pas ce qui s’est produit pour cette femme ?

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article