Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

Jamais trop tard

 

Jamais trop tard…

 

Il n’est jamais trop tard pour vivre

Jamais trop tard pour être libre.

 

  Serge Lama  (1943-        ), chanson interprétée par Nana Mouskouri

 

 

L’histoire biblique d’Abram (Abraham) commence en Genèse 12 :

 

Yahvé dit à Abram: "Quitte ton pays, ta parenté et la maison de ton père, pour le pays que je t'indiquerai. Je ferai de toi un grand peuple, je te bénirai, je magnifierai ton nom; sois une bénédiction! Je bénirai ceux qui te béniront, je réprouverai ceux qui te maudiront. Par toi se béniront tous les clans de la terre." Abram partit, comme lui avait dit Yahvé, et Lot partit avec lui. Abram avait 75 ans lorsqu'il quitta Harân. Abram prit sa femme Saraï, son neveu Lot, tout l'avoir qu'ils avaient amassé et le personnel qu'ils avaient acquis à Harân; ils se mirent en route pour le pays de Canaan (Gn 12, 1-5).

 

J’admire beaucoup Abram d’avoir répondu favorablement à l’appel du Seigneur à un âge où pratiquement plus personne ne travaille de nos jours et où il pouvait continuer à jouir tranquillement du fruit de son travail puisqu’il semblait avoir accumulé une quantité intéressante de richesse. Déjà avancé en âge, il quitte le confort et la certitude pour avancer dans la liberté mais également l’obscurité de la foi ne doutant point qu’il n’y a pas d’âge pour réaliser la volonté divine sur nous. Juste partir était en soi toute une aventure : il n’y avait pas de camions de déménagement et l’expédition allait durer des semaines, voire des mois avec toutes les personnes et le matériel à déplacer, Et Abram avait soixante-quinze ans ! Et pourtant… il part tout de même !

 

Cette conviction qu’il n’est jamais trop tard pour Dieu, nous la retrouverons sur le calvaire alors qu’un des larrons pour avoir reconnu, tout juste avant de mourir, ses fautes et la divinité du Christ se fait promettre par Jésus : « aujourd'hui tu seras avec moi dans le Paradis » (Lc 23, 42).

 

Et nous ? Sommes-nous prêts à laisser la chance au coureur ? À pardonner ceux qui, trop souvent, nous ont déçus ? À donner une chance à ceux qui veulent continuer de contribuer à la société en dépit d’un âge plus avancé ? À repartir nous-mêmes à zéro s’il s’avère que nous réalisions que nous avons erré ? Ne créons pas de barrière d’âge qui nous empêchent ou empêchent les autres de réaliser ambitions ou rêves.

 

 

 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article