Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

Patience

 

Patience

 

Pour le Seigneur, un seul jour est comme mille ans, et mille ans sont comme un seul jour. Le Seigneur n'est pas en retard pour tenir sa promesse, comme le pensent certaines personnes ; c'est pour vous qu'il patiente : car il n'accepte pas d'en laisser quelques-uns se perdre ; mais il veut que tous aient le temps de se convertir. Pourtant, le jour du Seigneur viendra comme un voleur.

 

2 Pierre 3, 8-10

 

 

La patience est la vertu de Dieu. Contrairement à nous, dont le champ d’action est limité dans le temps, il dispose de l’éternité, rien ne le presse d’agir. Qui fait preuve de patience vit en Dieu. Il ne s’irrite pas des imperfections des autres ou envers les siennes mais s’accepte comme il est, à savoir pécheur, et démontre envers l’autre la même miséricorde qu’il attend de Dieu pour lui-même. Il accepte de voir ses projets et désirs contrecarrés, eût-il même l’impression qu’ils soient conformes à la divine volonté afin que Dieu tire un bien plus grand encore de son échec que s’il avait réussi.

 

Un sujet qui a fasciné les hommes de tous les temps est celui de la fin du monde. Les disciples ont même interrogé Jésus à ce sujet : « Dis-nous quand cela aura lieu, et quel sera le signe de ton avènement et de la fin du monde » (Mt 24, 3). Plusieurs ont souhaité au cours de l’histoire voir se réaliser cet événement, certains s’aventurant à en prédire erronément la date : « Quant à la date de ce jour, et à l'heure, personne ne les connaît, ni les anges des cieux, ni le Fils, personne que le Père, seul » (Mt 24, 36). Doit-on même espérer la venue d’un tel jour ? Je répondrais non. D’abord, dans ce désir de voir la fin, se dissimule un orgueil certain, seuls ceux qui se pensent justes pouvant souhaiter voir abréger le temps de grâce mis à notre disposition pour que nous ayons le temps de nous convertir, le pécheur souhaitant voir repoussé le jour de l’échéance afin qu’il ait le temps d’amender sa conduite. Or, l’orgueil, péché des anges déchus, est suffisant pour nous écarter du Royaume. Puis, si la pensée de voir le Seigneur vaincre par la force ceux qui lui sont hostiles peut paraître séduisante, une telle pensée ne peut pas être de Dieu car on ne peut vaincre la haine que par l’amour. Les grands hommes de Dieu au cours de l’histoire se sont d’ailleurs toujours portés à la défense de leurs contemporains, aussi dépravée leur conduite eusse-t-elle pu être : Abraham obtint de Dieu qu’il épargnerait Sodome et Gomorrhe s’Il y trouvait seulement dix justes (Gn 18, 16-33) et Moïse intercéda auprès de Dieu pour qu’il fasse miséricorde au peuple qui s’était pourtant détourné de Lui : « Le Seigneur dit à Moïse: " Je vois ce peuple: eh bien! c'est un peuple à la nuque raide! Et maintenant, laisse-moi faire: que ma colère s'enflamme contre eux, je vais les supprimer et je ferai de toi une grande nation. " Mais Moïse apaisa la face du Seigneur, son Dieu, en disant: " Pourquoi, Seigneur, ta colère veut-elle s'enflammer contre ton peuple que tu as fait sortir du pays d'Égypte, à grande puissance et à main forte ?  " Pourquoi les Égyptiens diraient-ils: "C'est par méchanceté qu'il les a fait sortir! pour les tuer dans les montagnes! pour les supprimer de la surface de la terre! " Reviens de l'ardeur de ta colère et renonce à faire du mal à ton peuple. " Souviens-toi d'Abraham, d'Isaac et d'Israël, tes serviteurs, auxquels tu as juré par toi-même, auxquels tu as adressé cette parole: Je multiplierai votre descendance comme les étoiles du ciel et, tout ce pays que j'ai dit, je le donnerai à votre descendance, et ils le recevront comme patrimoine pour toujours. " Et le Seigneur renonça au mal qu'il avait dit vouloir faire à son peuple » (Ex 32, 9-14). Qui est véritablement de Dieu marche dans les pas d’Abraham et de Moïse et souhaite voir reportée indéfiniment l’échéance. Enfin, pour qui regarde un tel jour dans la perspective de Dieu, ce sera un grand drame. Le propre de l’amour est de se répandre. Dieu est Amour et espère qu’un maximum de personnes parviennent au salut éternel pour partager cet amour, il veut que tous aient le temps de se convertir. Le jour où viendra la fin, le nombre des élus sera fixé à jamais et je puis difficilement m’imaginer comment l’Amour puisse être circonscrit, même si cela se produira comme l’attestent les Écritures. Aussi est-il du devoir du croyant de se dresser aux côtés d’Abraham et de Moïse pour demander à Dieu de reporter indéfiniment l’échéance, non par crainte du châtiment (que nous devons néanmoins reconnaître humblement mériter en raison de nos fautes) mais par amour de Dieu et du prochain. De quel droit pourrions-nous espérer la mort de ceux qui s’opposent à Dieu alors que Lui-même dit souhaiter le contraire ? « Prendrais-je donc plaisir à la mort du méchant -- oracle du Seigneur Yahvé -- et non pas plutôt à le voir renoncer à sa conduite et vivre? » (Éz 18, 23). Aussi, une telle prière d’intercession a-t-elle de bonnes chances d’être accueillie favorablement puisqu’elle va dans le sens de ce que Dieu veut.

 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article