Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

Réciprocité

 

 

Réciprocité

 

Soyez miséricordieux comme votre Père est miséricordieux.

Ne jugez pas, et vous ne serez pas jugés ; ne condamnez pas, et vous ne serez pas condamnés. Pardonnez, et vous serez pardonnés. Donnez, et vous recevrez : une mesure bien pleine, tassée, secouée, débordante, qui sera versée dans votre tablier ; car la mesure dont vous vous servez pour les autres servira aussi pour vous.

 

Luc 6, 36-38

 

 

 

La réciprocité est naturelle à l’homme. Si nous sourions à un bébé, il nous rendra instinctivement notre sourire. Quoi de plus naturel que de rendre le bien qui nous a été fait ? « Si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle récompense aurez-vous? Les publicains eux-mêmes n'en font-ils pas autant? Et si vous réservez vos saluts à vos frères, que faites-vous d'extraordinaire? Les païens eux-mêmes n'en font-ils pas autant? »  (Mt 5, 46-47). Et, malheureusement, le mal pareillement ? « Vous avez entendu qu'il a été dit: œil pour œil et dent pour dent » (Mt 5, 38).

 

Jésus apporte une perspective nouvelle à cette loi naturelle de la réciprocité dans les relations entre les hommes. Dieu s’y « soumet » en s’engageant à nous traiter de la même manière que nous aurons traité les autres : la mesure dont vous vous servez pour les autres servira aussi pour vous. Ainsi toute bonne œuvre accomplie en faveur du prochain ne demeurera pas sans récompense : « dans la mesure où vous l'avez fait à l'un de ces plus petits de mes frères, c'est à moi que vous l'avez fait » (Mt 25, 40); et toute omission à venir en aide à un frère dans le besoin sera retenue contre nous : « dans la mesure où vous ne l'avez pas fait à l'un de ces plus petits, à moi non plus vous ne l'avez pas fait (Mt 25, 45). Mais puisque nous ne faisons pas le bien que nous voulons et commettons le mal que nous ne voulons pas (Rm 7, 19), si intéressante que puisse paraître cette proposition de réciprocité, elle ne suffirait pas à nous justifier, à nous donner accès à la vie éternelle. L’opportunité de salut qui est à notre portée, toutefois, c’est de nous montrer miséricordieux comme votre Père est miséricordieux, de ne pas juger, de ne pas condamner, de pardonner. Le pardon généreusement offert aux autres qui nous ont offensés, n’est-ce pas là « l’amour qui couvre une multitude de fautes » dont parle Pierre (1 P 4, 8) ? Considérons le nombre et la fréquence des offenses que nous commettons envers Dieu eu égard à celles commises par les autres à notre égard, le prix payé par Dieu pour racheter nos offenses à savoir la mort de son Fils sur la croix et ce qu’il nous en coûte pour pardonner aux autres. Nous constaterons que ce n’est pas cher payé de pardonner aux autres pour se rendre éligibles à bénéficier de la miséricorde divine et obtenir par réciprocité le pardon de nos offenses. Celui qui se soumet à un tel exercice n’a plus aucune raison de ne pas pardonner à l’image de ceux qui voulaient lapider la femme adultère et qui se sont désistés les uns après les autres (Jn 8, 1-11).

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article