Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

Tempérance

 

Tempérance

 

De même que nous n'avons rien apporté dans ce monde, nous ne pourrons rien emporter. Si nous avons de quoi manger et nous habiller, sachons nous en contenter. Ceux qui veulent s'enrichir tombent dans le piège de la tentation.

 

1 Timothée 6, 7-9

 

 

 

Tempérance, voilà un mot honni du vocabulaire de sociétés où la publicité incite à consommer toujours davantage, donnant (faussement) à penser que l’on trouve le bonheur à travers la richesse (Tsai Ming-liang). Un certain président des États-Unis a même jusqu’à prétendre peu de temps après les attentats du 11 septembre que consommer était un devoir patriotique ! On est très loin de la sagesse ancestrale chinoise telle que rapportée par Maria Montessori : Le troisième empereur de la vingt-et-unième dynastie, à qui on apporta des pierres précieuses trouvées dans une mine, la fit fermer, ne voulant pas fatiguer son peuple à travailler pour une chose qui ne pouvait ni le nourrir ni le vêtir. Un proverbe chinois dit d’ailleurs avec une grande lucidité : Prétendre contenter ses désirs par la possession, c'est compter que l'on étouffera le feu avec de la paille. Celui qui possède croit faussement que l’insatisfaction persistante qu’il ressent provient de ce qu’il ne possède pas encore assez et cherche conséquemment à acquérir toujours plus, son âme ne trouvant jamais le repos. Non seulement la tempérance permet-elle de trouver une certaine quiétude mais encore évite-t-elle de piller de façon éhontée les richesses devant servir aux générations futures. Pour la première fois de l’humanité risquons-nous de remettre un habitat de moindre qualité que celui dont nous avons hérité de nos parents, nous dérobant à nos devoirs de fiduciaires de Dieu dans la gestion de la création.

 

Quel visionnaire ce Paul ! « La création en attente aspire à la révélation des fils de Dieu : si elle fut assujettie à la vanité, — non qu'elle l'eût voulu, mais à cause de celui qui l'y a soumise, — c'est avec l'espérance d'être elle aussi libérée de la servitude de la corruption pour entrer dans la liberté de la gloire des enfants de Dieu » (Rm 8, 19-21). Jamais ces paroles n’ont été plus pertinentes qu’aujourd’hui alors que la consommation ostentatoire, si elle maintient sa cadence effrénée, risque de mettre en péril la survie de la planète elle-même. Les fils de Dieu, en ce qu’ils pratiquent la tempérance, cherchant à s’affranchir de l’attachement aux choses de ce monde, combattant la vanité et s’efforçant de mettre les ressources de la création au service du bien commun, contribuent à soulager la création du joug que fait peser sur elle une consommation débridée. Fascinante que cette actualité toujours renouvelée des Écrits sacrés !

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article