Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

Trouver à redire

 

Trouver à redire

 

Jean Baptiste est venu, en effet ; il ne mange pas, il ne boit pas, et l'on dit : 'C'est un possédé' ! Le Fils de l'homme est venu : il mange et il boit, et l'on dit : 'C'est un glouton et un ivrogne, un ami des publicains et des pécheurs. ' Mais la sagesse de Dieu se révèle juste, à travers ce qu'elle fait.

 

Matthieu 11, 18-19

 

 

 Il existe des professionnels de l’objection : quoi que l’on dise, quoi que l’on fasse, rien ne les satisfera jamais. La perfection se présente-t-elle à eux, la sagesse de Dieu, qu’ils auront encore et toujours à redire. Comme je plains de telles personnes ! Combien malheureuses doivent-elles être ! Jamais elles ne pourront trouver l’amour, le bonheur et Dieu ou, serait-il plus exact de dire : jamais elles ne seront en mesure de reconnaître l’amour, le bonheur ou Dieu lorsqu’ils se présenteront à elles. L’apôtre Paul nous révèle qu’une des caractéristiques de l’amour est qu’il excuse tout, croit tout, espère tout, supporte tout (1 Co 13, 7). L’amour ne se trouve pas dans une perfection utopique mais dans ce qu’il est capable de passer outre aux imperfections pour se donner sans mesure. À preuve, Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique (Jn 3, 16), le Christ qui est mort pour nous alors que nous étions encore pécheurs (Rm 5, 8). Dieu se présente-t-il indirectement par des personnes ou des événements providentiels qu’ils ne sauront Le reconnaître ou même distinguer une opportunité favorable dans ces situations. Dieu, lui-même est entré visiblement dans le cours de l’histoire : « Le Verbe était la lumière véritable, qui éclaire tout homme; il venait dans le monde. Il était dans le monde, et le monde fut par lui, et le monde ne l'a pas reconnu. Il est venu chez lui, et les siens ne l'ont pas accueilli » (Jn 1, 9-11).  Il avait accompli de nombreux miracles et il s’en trouvait qui réclamaient toujours et encore de leur faire voir un signe venant du ciel pour le mettre à l'épreuve (Mt 16, 1) ce à quoi Jésus rétorqua, sachant que rien ne saurait jamais les satisfaire : « Génération mauvaise et adultère! elle réclame un signe, et de signe, il ne lui sera donné que le signe de Jonas » (Mt 16, 4) à savoir que sa mort et sa résurrection le troisième jour constitueraient le signe ultime de sa divinité.

 

Quel est l’antidote à un tel mal capable d’empoisonner une existence toute entière ? L’émerveillement, voir le bon, le beau, même la main de Dieu dans les personnes et les événements. Comment y parvient-on ? D’abord par l’humilité, reconnaître ses imperfections aidant à passer outre à celles des autres, se savoir redevable envers les autres et Dieu pour ce que l’on est ou ce que l’on possède aide à ne pas exiger toujours davantage de leur part comme si tout nous était dû. Ensuite, on peut s’entraîner à s’émerveiller. Un truc simple est de s’efforcer de trouver une qualité à chaque personne que l’on rencontre, surtout les plus antipathiques,  et se remémorer cette qualité à chaque fois que l’on pense à cette personne. Prendre le temps de s’arrêter, pour admirer la nature ou encore pour faire le bilan en fin de journée de toutes les bonnes choses qui nous sont arrivées pendant celle-ci, dispose également à l’émerveillement. Osons nous émerveiller ! L’amour, le bonheur et Dieu sont là qui attendent de se manifester à nous !

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article