Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

Veiller

 

Veiller

 

Le royaume des cieux sera comparable à des jeunes filles invitées à des noces, qui prirent leur lampe et s'en allèrent à la rencontre de l'époux. Cinq d'entre elles étaient insensées, et cinq étaient prévoyantes : les insensées avaient pris leur lampe sans emporter d'huile, tandis que les prévoyantes avaient pris, avec leur lampe, de l'huile en réserve. Comme l'époux tardait, elles s'assoupirent toutes et s'endormirent. Au milieu de la nuit, un cri se fit entendre : 'Voici l'époux ! Sortez à sa rencontre. 'Alors toutes ces jeunes filles se réveillèrent et préparèrent leur lampe. Les insensées demandèrent aux prévoyantes : 'Donnez-nous de votre huile, car nos lampes s'éteignent. 'Les prévoyantes leur répondirent : 'Jamais cela ne suffira pour nous et pour vous ; allez plutôt vous en procurer chez les marchands. 'Pendant qu'elles allaient en acheter, l'époux arriva. Celles qui étaient prêtes entrèrent avec lui dans la salle des noces et l'on ferma la porte. Plus tard, les autres jeunes filles arrivent à leur tour et disent : 'Seigneur, Seigneur, ouvre-nous ! 'Il leur répondit : 'Amen, je vous le dis : je ne vous connais pas. 'Veillez donc, car vous ne savez ni le jour ni l'heure.

 

Matthieu 25, 1-13

 

 

 

Les noces représentent le banquet éternel. La lampe c’est la foi car c’est par elle que nous pouvons entrevoir Dieu tant que nous cheminons dans la nuit de ce monde. Quant à l’huile, ce sont nos bonnes œuvres, les gestes d’amour posés envers Dieu et le prochain. Comme la lampe ne peut éclairer sans huile, ainsi en est-il de la foi: si elle n'a pas les œuvres, elle est tout à fait morte… Veux-tu savoir, homme insensé, que la foi sans les œuvres est stérile? (Jc 2, 17.20). La porte qui se ferme, c’est la mort dont nous ne savons ni le jour ni l’heure, d’où la nécessité de veiller afin d’être prêts, d’avoir suffisamment développé notre capacité d’aimer et d’être aimé pour être jugés dignes de partager l’existence de l’Amour à jamais.

 

Veiller, c’est se maintenir dans l’humilité, ne pas présumer de ses mérites personnels, les actions passées n’étant que du vent aux yeux de Dieu, leur valeur résidant uniquement en ce qu’elles développent notre capacité d’aimer. Quiconque croit avoir acquitté le prix d’entrée du Royaume par ses œuvres s’illusionne selon les paroles même de Jésus (l’unique Rédempteur, le seul à avoir payé le prix pour ouvrir les portes du Royaume par son sacrifice sur la croix) : Il ne suffit pas de me dire: "Seigneur, Seigneur! " pour entrer dans le Royaume des cieux; il faut faire la volonté de mon Père qui est aux cieux. Beaucoup me diront en ce jour-là: "Seigneur, Seigneur! n'est-ce pas en ton nom que nous avons prophétisé ? en ton nom que nous avons chassé les démons ? en ton nom que nous avons fait de nombreux miracles ? Alors je leur déclarerai: "Je ne vous ai jamais connus; écartez-vous de moi, vous qui commettez l'iniquité! " (Mt 7, 21-23).

 

Veiller, c’est donner préséance à Dieu et aux autres, avec et par amour.

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article