Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

Il n'en tient qu'à moi

 

 

Il n’en tient qu’à moi

 

N’admets plus rien de plaintif en ton cœur.

 

Sache obtenir de toi ce qui rende la plainte inutile. N’implore plus d’autrui ce que, toi, tu peux obtenir.

 

J’ai vécu, maintenant c’est ton tour… Je reporte sur toi mon espoir.

 

De te sentir vaillant me permet de quitter sans regrets la vie. Prends ma joie. Fais ton bonheur d’augmenter celui de tous. Travaille et lutte et n’accepte de mal rien de ce que tu pourrais changer. Sache te répéter sans cesse : il ne tient qu’à moi. On ne prend point son parti sans lâcheté de tout le mal qui dépend des hommes. Cesse de croire, si tu l’as jamais cru, que la sagesse est dans la résignation; ou cesse de prétendre à la sagesse.

 

Camarade, n’accepte pas la vie telle que te la proposent les hommes. Ne cesse point de te persuader qu’elle pourrait être plus belle, la vie; la tienne et celle des autres hommes; non point une autre, future, qui nous consolerait de celle-ci et qui nous aiderait à accepter sa misère. N’accepte pas. Du jour où tu commenceras à comprendre que le responsable de presque tous les maux de la vie, ce n’est pas Dieu, ce sont les hommes, tu ne prendras plus ton parti de ces maux.

 

 André Gide  (1869-1951), Les nouvelles nourritures terrestres, pp 71-72

 

 

Certes, l’ampleur des défis auxquels nous sommes confrontés, notamment ceux qui ont trait à l’économie et à l’environnement, nous dépassent et il serait prétentieux de penser avoir, par notre unique action, un impact quelconque. Et cependant, c’est la somme des petits gestes quotidiens individuels, insignifiants en eux-mêmes, qui répétés des millions voire des milliards de fois qui font une différence : les commis qui travaillent dans les commerces de détail et qui demandent aux clients s’ils veulent que l’on place la marchandise achetée dans un sac de plastique plutôt que de l’y mettre automatiquement, les personnes qui acceptent de réduire leur semaine de travail plutôt que de voir partir au chômage leurs collègues… Tout commence par cette simple petite phrase : il n’en tient qu’à moi de faire une différence, de devenir un multiplicateur qui en incitera d’autres à agir de par l’exemple que je leur fournirai et qui démontrera que l’on peut faire autrement, que le mal n’est pas une fatalité à laquelle il faut se résigner.

 

Le spirituel se sait un serviteur quelconque, qui ne fait qu’accomplir son devoir (Lc 17, 10). Et pourtant, le moindre petit geste insignifiant posé avec amour en conformité avec la volonté divine, prend valeur d’éternité au contact de la grâce de Dieu, porte en lui le germe capable de transformer le monde en rendant Dieu présent dans son quotidien, le Dieu d’Abraham qui a promis d’épargne une ville entière pour le seul motif qu’il s’y trouve dix justes (Gn 18, 32). Ce que nous faisons est intrinsèquement négligeable et pourtant essentiel, Dieu requérant la contribution humaine dans la réalisation de son plan d’amour. Collaboration, aussi infime et imparfaite qu’elle soit, qu’Il se charge de féconder afin qu’elle porte le fruit qu’Il souhaite.

 

Mère Teresa décrit ainsi la coopération du croyant avec Dieu dans son livre « Il n’y a pas de plus grand amour » :

 

Sois toujours fidèle dans les petites choses, car en elles réside notre force. Pour Dieu, rien n'est petit. Il n'entend rien diminuer. Pour lui, toutes les choses sont infinies. Pratique la fidélité dans les choses les plus minimes, non pas pour leur vertu propre, mais en raison de cette grande chose qu'est la volonté de Dieu -- et que, moi-même, je respecte infiniment.

 

Ne recherche pas des actions spectaculaires. Nous devons délibérément renoncer à tout désir de contempler le fruit de notre labeur, accomplir seulement ce que nous pouvons, du mieux que nous le pouvons, et laisser le reste entre les mains de Dieu. Ce qui importe, c’est le don de toi-même, le degré d'amour que tu mets dans chacune de tes actions.

 

Ne t'autorise pas le découragement face à un échec, dès lors que tu as fait de ton mieux. Refuse aussi la gloire lorsque tu réussis. Rends tout à Dieu avec la plus profonde gratitude. Si tu te sens abattu, c’est un signe d'orgueil qui montre combien tu crois en ta propre puissance. Ne te préoccupe pas plus de ce que pensent les gens. Sois humble et rien ne te dérangera jamais. Le Seigneur m'a lié là où je suis ; c'est lui qui m'en déliera.

 

 

 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article