Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

Défauts

 

Défauts

 

Si nous n'avions point de défauts, nous ne prendrions pas tant de plaisir à en remarquer dans les autres.

 

François de La Rochefoucauld  (1613-1680)

 

 

Le pire réside en ce que ce sont plus souvent qu’autrement nos propres défauts que nous voyons dans les autres de sorte qu’en mettant en évidence les défauts d’autrui, ce sont nos propres défauts que nous révélons, qu’en jugeant les autres, nous nous jugeons nous-mêmes. Peut-être espérons-nous inconsciemment, en magnifiant les travers que nous retrouvons à un degré moindre chez les autres, diminuer l’importance de faiblesses davantage évidentes en nous-mêmes.  C’est là en partie l’objet du propos de Jésus lorsqu’il dit : « Ne jugez pas, afin de n'être pas jugés; car, du jugement dont vous jugez on vous jugera, et de la mesure dont vous mesurez on mesurera pour vous. Qu'as-tu à regarder la paille qui est dans l'œil de ton frère? Et la poutre qui est dans ton œil à toi, tu ne la remarques pas! Ou bien comment vas-tu dire à ton frère: Laisse-moi ôter la paille de ton œil, et voilà que la poutre est dans ton œil! Hypocrite, ôte d'abord la poutre de ton œil, et alors tu verras clair pour ôter la paille de l'œil de ton frère » (Mt 7, 1-5).

 

Plus fondamentalement encore, le spirituel doit s’abstenir de juger les autres, faire preuve de clémence à leur égard, afin de pouvoir bénéficier, par effet de réciprocité, de la miséricorde divine à son propre endroit : lorsque nous paraîtrons devant Lui, Dieu usera d’une mesure similaire à celle que nous aurons utilisée pour évaluer les autres : « Soyez miséricordieux comme votre Père est miséricordieux. Ne jugez pas, et vous ne serez pas jugés ; ne condamnez pas, et vous ne serez pas condamnés. Pardonnez, et vous serez pardonnés. Donnez, et vous recevrez : une mesure bien pleine, tassée, secouée, débordante, qui sera versée dans votre tablier ; car la mesure dont vous vous servez pour les autres servira aussi pour vous » (Lc 6, 36-38). Tel est également l’objet de la parabole du débiteur impitoyable qui, après avoir reçu la remise de ses dettes par son maître, s’est  retourné vers ceux auxquels il a lui-même prêté exigeant le remboursement immédiat des sommes dues dont voici la conclusion : « Alors, le faisant venir, son maître lui dit: "Mauvais serviteur, je t'avais remis toute cette dette, parce que tu m'en avais supplié. "  " Ne devais-tu pas, toi aussi, avoir pitié de ton compagnon, comme moi-même j'avais eu pitié de toi ? " Et, dans sa colère, son maître le livra aux tortionnaires, en attendant qu'il eût remboursé tout ce qu'il lui devait. C'est ainsi que mon Père céleste vous traitera, si chacun de vous ne pardonne pas à son frère du fond du cœur » (Mt 18, 23-35). Évitons-nous de pardonner aux autres de peur que l’on abuse de nous? Il n’y a pas à craindre, Dieu nous pardonnera toujours plus que ce que nous-mêmes nous auront pardonné, de sorte que nous sortirons toujours gagnants de l’exercice.

 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article