Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

Richesse

 

Richesse

 

Comme il sera difficile à ceux qui possèdent des richesses d'entrer dans le royaume de Dieu !

 

Mes enfants, comme il est difficile d'entrer dans le royaume de Dieu. Il est plus facile à un chameau de passer par le trou d'une aiguille qu'à un riche d'entrer dans le royaume de Dieu.

 

— Mais alors, qui peut être sauvé ? — Pour les hommes, cela est impossible, mais pas pour Dieu ; car tout est possible à Dieu.

 

Marc 10, 23-27

 

 

La richesse serait-elle une calamité ? Comment cela pourrait-il être puisque les choses ne sont généralement ni bonnes ni mauvaises en elles-mêmes mais c’est l’usage que nous en faisons qui les caractérise. Ainsi, la nourriture est nécessaire à notre survie mais outre manger est-il néfaste pour notre santé.

 

Quel danger Jésus voit-il dans la richesse pour que celle-ci puisse quasiment interdire l’entrée de qui la possède dans le Royaume céleste ? Dieu étant Amour, l’amour est la clé qui permet d’entrer dans son Royaume. Par conséquent, on peut conclure qu’il est difficile d’aimer pour ceux qui possèdent des richesses. Pourquoi serait-il plus difficile pour les riches d’aimer ? D’abord la richesse rend indépendant, indépendance à laquelle celui qui y a goûté aura de la difficulté à renoncer pour entrer dans la relation de dépendance mutuelle qu’est l’amour. Ensuite, les personnes fortunées ont l’habitude de payer pour obtenir les objets de leur désir et auront tendance, souvent inconsciemment, à acheter l’amitié ou l’amour des autres auquel cas on ne peut plus parler d’amour mais de relation intéressée. Le salut n’a pas de prix, personne ne peut se sauver lui-même car il est don gratuit de Dieu, don que les personnes suffisantes ont de la difficulté à accueillir. Certes la charité dont nous aurons fait preuve envers les autres, particulièrement le pardon des offenses personnelles, « prédisposera » favorablement Dieu à notre égard mais même là, ceux qui ont beaucoup reçu devront-ils en avoir redonné beaucoup en vertu du devoir de fiduciaire de la créature envers son Créateur : À qui on aura donné beaucoup il sera beaucoup demandé, et à qui on aura confié beaucoup on réclamera davantage (Lc 12, 48). Et encore, ne rendrons-nous jamais tout ce que nous avons reçu, si peu fut-ce. Reconnaître notre incapacité, notre petitesse, nous en remettre à la miséricorde divine et nous montrer nous-mêmes magnanimes envers ceux qui nous sont redevables en vertu du devoir de réciprocité, voilà qui permet d’entretenir l’espérance d’accéder au salut souhaité car d’un esprit brisé; d'un cœur brisé, broyé, Dieu n’a point de mépris (Ps 51, 19).

 

 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article