Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

Travail

 

Travail

 

The most important question to ask in a job is not what am I getting but what am I becoming.

 

  Jim Rohn   (1930-2009)

 

La question la plus importante à demander au sujet d’un travail n’est pas ce que j’en retire mais ce que cela me permet de devenir.

 

 

Bien plus qu’un gagne-pain, le travail est un outil de promotion et de réalisation personnelle. Si noble soit-il pour une nation de donner aux sans-travail le minimum requis pour satisfaire leurs besoins de base, cela ne saurait jamais remplacer l’aspect valorisant de celui-ci si bien que le chômage demeure un drame pour ceux qui se retrouvent dans cet état. Au-delà de l’aspect pécuniaire, à court terme, du travail, il importe encore plus pour celui qui s’en acquitte de développer son potentiel par l’acquisition de nouvelles connaissances ou habiletés qui non seulement lui permettent de ressentir une satisfaction légitime mais lui garantissent également une certaine sécurité d’emploi en le rendant le travailleur attrayant pour d’autres organisations advenant une réduction des effectifs ou l’abandon des activités par son employeur, ce qui survient, hélas, trop souvent de nos jours.

 

Au-delà encore des considérations matérielles ou de développement personnel du travail se situe son aspect spirituel. Loin d’être une corvée ou une punition que l’homme doit subir pour s’être détourné de Dieu, « À la sueur de ton visage tu gagneras ton pain » (Gn 3, 19) doit-il être perçu comme un moyen privilégié de rétablir la communion perdue avec Dieu ne serait-ce que par sa dimension sociale intrinsèque,  « Plus que jamais aujourd'hui, travailler, c'est travailler avec les autres et travailler pour les autres : c'est faire quelque chose pour quelqu'un » (Centisimus annus, 31). Conséquemment, le travail offre-t-il la possibilité d’expérimenter la complémentarité et la solidarité, d’élargir son réseau de contacts au-delà du cercle restreint de ses parents et amis et multiplie-t-il les opportunités d’aider les autres (collègues, subalternes, clients…) qui se révèlent comme autant de perches tendues par Dieu pour nous permettre de nous rapprocher de Lui : « dans la mesure où vous l'avez fait à l'un de ces plus petits de mes frères, c'est à moi que vous l'avez fait » (Mt 25, 40) et de vivre son commandement d’amour : « Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés » (Jn 13, 14). Inversement, accepter le chômage, cesser de le combattre, c’est en quelque sorte restreindre l’accès à Dieu pour la partie de la population qui en est touchée en leur bloquant une des portes principales menant à Lui. Un homme d’affaires se dit-il chrétien qu’une de ses principales responsabilités est, à mon avis, de chercher à maintenir les emplois existants et, si possible, en créer de nouveaux, des emplois qui soient stimulants pour ceux qui les occupent et ne les asservissent pas. Le spirituel aspire à ce que le travail lui permette de devenir davantage enfant de Dieu et solidaire de ses frères les hommes.

 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article