Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

Gratuité

 

Gratuité

 

Il n'y a rien de meilleur au monde que ces amitiés merveilleuses que Dieu éveille et qui sont comme le reflet de la gratuité et de la générosité de son amour.

 

 Jacques Maritain  (1882-1973)

 

 

 

J’ai regardé le film Affreux Noël (Surviving Christmas) qui raconte l’histoire d’un couple qui en a assez des rituels de Noël et qui se ravise lorsqu'un riche étranger, qui souffre de solitude et de nostalgie, lui offre un quart de million de dollars pour être accueilli dans son foyer durant la période des fêtes afin d'y vivre un Noël traditionnel. Je ne vous en parle pas parce qu’il s’agit d’un chef-d’œuvre cinématographique, malgré qu’il s’agisse d’un film honnête avec un « happy ending » à l’américaine. Je viens plutôt partager avec vous la réflexion qu’il a suscité en moi sur la gratuité de l’amour, sujet fort pertinent en ce temps de l’année.

 

Le riche étranger personnifié par Ben Affleck cherche artificiellement à créer l’amour pour lui-même et entre les membres de sa famille d’accueil en les comblant de cadeaux, initiatives qui divisent plus qu’elles ne rassemblent. Le seul moment de véritable unité survient à la fin du film lorsque chacun décide individuellement d’assister à une pièce de théâtre où joue l’acteur qui avait été embauché pour jouer le rôle du grand-père dans le Noël traditionnel qu’essayait de recréer le riche étranger. Ce n’est que dans la gratuité de ce geste que les protagonistes ont pu renouer des liens d’amour.

 

Ce film m’a amené à m’interroger à savoir dans quelle mesure je n’essaie pas moi-même par mes cadeaux d’acheter l’amour. Jusqu’à quel point le choix des personnes que j’inviterai ou que je visiterai en ce temps de réjouissances portera-t-il le sceau de la gratuité de l’amour ou comportera-t-il quelque espoir de retour ?

 

Quelle vision même ai-je de Dieu ? Est-ce que je l’aime pour Lui-même ? N’ai-je point tendance à l’ignorer lorsque tout va bien dans mon existence pour me tourner vers Lui lorsque les choses vont mal ? Ou peut-être inversement, ai-je tendance à me rapprocher de Lui lorsqu’il me gratifie de diverses opportunités à travers la vie pour m’en éloigner et même remettre en doute son existence si les bienfaits dont je jouissais viennent à disparaître ? Réduire Dieu au rôle de pourvoyeur, c’est Le méconnaître, c’est ignorer l’Amour. Puissions-nous tous redécouvrir, en ce temps de Noël, la gratuité de l’amour de ce Dieu qui a pris chair sous forme d’un petit enfant pour quémander notre amour. Saurons-nous le Lui donner ?

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article