Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

Confiance

 

Confiance

 

En août 1971, le président Nixon décidait de sortir d système de taux de change fixe : le dollar n’était plus convertible en or. Le nouveau système de «changes flottants» signifiait que le taux des monnaies était fixé par le marché… Le marché financier mondial est devenu en fait un système de cavalerie, dans lequel on paie les dettes créées par la spéculation au moyen de nouveaux engagements sans garantie réelle… Un aspect essentiel de la financiarisation de l’économie est la systématisation de la corruption.

 

 Hervé Kempf , Pour sauver la planète, sortez du capitalisme, pp 18-21

 

 

La cause principale des maux économiques dans lesquels nous sommes plongés est que le système financier, qu’il s’agisse d’individus, d’entreprises ou d’états, n’est plus fondé sur des données réelles, des actifs donnés en garantie, mais sur la confiance des bailleurs de fonds à se voir rembourser les capitaux investis eu égard soit à la capacité future de générer des revenus de l’emprunteur soit sur la valeur future de ses actifs. Ainsi les ménages américains ont-ils pu acquérir des maisons en empruntant la totalité de la somme requise, les prêteurs hypothécaires escomptant que la valeur des maisons n’allait cesser de croître, hausse stimulée notamment par l’accès facile à la propriété que permettait un crédit avec des conditions minimales. Lorsque les taux d’intérêts ont augmenté, plusieurs ménages se sont retrouvés dans l’impossibilité de faire les paiements requis, les prêteurs ont repris les actifs donnés en garantie pour les remettre en vente de sorte que l’offre a excédé la demande, entraînant une baisse du marché immobilier, encourageant d’autres propriétaires à cesser leurs paiements, plongeant le marché dans une spirale descendante. À plus grande échelle, la dette des états, les taux d’intérêts qu’ils doivent verser sur celle-ci et la valeur de leur monnaie reposent aussi sur la confiance des prêteurs et des spéculateurs sur la capacité à honorer les engagements pris, à repayer la dette contractée. Un système basé sur la confiance encourage à la corruption, certains abusant de leur position de confiance pour présenter une image délibérément erronée de la réalité, certains comme le joueur compulsif, dans l’espoir de se reprendre dans le futur et que rien n’y paraîtra, d’autres pour s’enrichir de façon injustifiée au détriment des autres.

 

Ce qui m’interpelle dans tout cela n’est pas tant la grande confiance que nous plaçons dans les hommes au point de leur confier nos économies sans garantie réelle mais plutôt son caractère démesuré eu égard au peu de confiance que nous plaçons en Dieu, remettant en question ses préceptes que nous retrouvons dans les textes sacrés et qui ne sont pourtant que les exigences de l’amour véritable. Que ces moments de difficulté soient pour nous l’opportunité de nous questionner à savoir quel maître nous avons choisi de servir : Nul ne peut servir deux maîtres: ou il haïra l'un et aimera l'autre, ou il s'attachera à l'un et méprisera l'autre. Vous ne pouvez servir Dieu et l'Argent (Mt 6, 24).

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article