Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

Bravoure

 

Bravoure

 

J'estime plus brave celui qui vainc ses désirs que celui qui vainc ses ennemis; car la plus dure victoire est celle obtenue sur soi-même.

 

Aristote  (384-322)

 

 

 

Nous sommes trop souvent nos pires ennemis. Nous nous rendons vulnérables lorsque nous trouvons toutes sortes d’excuses pour justifier nos écarts de conduite car nous ouvrons la porte à la possibilité de recommencer et d’acquérir de mauvaises habitudes dont il sera bien difficile de s’affranchir par la suite. Nous devrions être reconnaissants envers les personnes qui nous sont hostiles car elles ne manquent pas de souligner nos faiblesses et évitent de se laisser entraîner dans les faux-fuyants que nous pourrions être tentés d’emprunter pour éviter de reconnaître notre vulnérabilité.

 

Le spirituel se reconnaît faible voire peureux. Les disciples de Jésus se cachaient après la mort et même la résurrection de ce dernier : « Les disciples avaient verrouillé les portes du lieu où ils étaient, car ils avaient peur des Juifs » (Jn 20, 19). Jésus connaît leur faiblesse et leur fait don de son Esprit pour y pallier : « Recevez l'Esprit Saint. » (Jn 20, 22). Cet Esprit, manifestation de la miséricorde divine, a ceci de remarquable qu’il se laisse attirer comme par un aimant par l’homme qui reconnaît ses limites, ce qui fait dire à Paul : « lorsque je suis faible, c'est alors que je suis fort » (2 Co 12, 10).

 

Le principal problème de l’Église n’est pas de compter des pécheurs parmi ses rangs, mais d’avoir agi de façon mondaine, d’avoir manqué de confiance en Dieu et d’avoir ignoré ou cherché à camoufler les comportements répréhensibles de certains de ses membres par souci de l’impact que cela aurait sur son image. Loin de nous affliger de la tempête qui frappe, nous devrions nous réjouir de l’humiliation qui en résulte, de ce que les autorités confessent leurs torts, car cela ne peut être que de nature à incliner la divine Miséricorde à agir en faveur de l’Église, à la prédisposer à une action plus vigoureuse de l’Esprit en son sein, cette Église au sujet de laquelle Jésus a promis à Pierre que les portes de l’enfer ne prévaudront pas contre elle (Mt 16, 18).

 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article