Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

Conformité

 

 

Conformité

 

Conformity is the jailer of freedom, and the enemy of growth.

 

  John Fitzgerald Kennedy  (1917-1963) 

 

La conformité est la geôlière de la liberté et l’ennemie de la croissance.

 

 

 

 Se conformer à un courant pour l’unique raison qu’il s’agit là du mouvement de la masse se veut certes rassurant. Cependant, c’est renoncer à sa liberté pour se soumettre à la tyrannie de la majorité, à la pensée dominante du moment présent qui, parce qu’elle est aléatoire et change au gré des événements, peut difficilement mener au chemin de la croissance.

 

La conformité à la lettre de la Loi telle qu’énoncée dans les préceptes consignés dans les écrits bibliques incite faussement certains à penser qu’ils puissent accéder au salut pour cette unique raison. L’observance stricte se veut même l’ennemie de la croissance spirituelle car la lettre ne fait qu’énoncer des exigences minimales que Jésus lui-même invite à dépasser six fois plutôt qu’une au chapitre 5 de Matthieu : « Vous avez entendu qu’il a été dit… Eh bien! moi je vous dis… » (Mt 5, 21-22, 27-28, 31-32, 34-35, 38-39, 43-44).  Et Jésus de conclure pour ceux qui iront plus loin que la conformité à la lettre pour se soumettre à l’Esprit d’Amour : « Vous donc, vous serez parfaits comme votre Père céleste est parfait » (Mt 5, 48).

 

Par ailleurs, Jésus ne se gêne pas pour condamner l’attitude de ceux qui s’efforcent d’imposer aux autres la conformité quand eux-mêmes ne font que se soucier des apparences : « Sur la chaire de Moïse se sont assis les scribes et les Pharisiens: faites donc et observez tout ce qu'ils pourront vous dire, mais ne vous réglez pas sur leurs actes: car ils disent et ne font pas. Ils lient de pesants fardeaux et les imposent aux épaules des gens, mais eux-mêmes se refusent à les remuer du doigt. En tout ils agissent pour se faire remarquer des hommes » (Mt 23, 2-5).  Pour le spirituel, seul l’amour importe. Non seulement rend-il libre mais donne-t-il la capacité de se conformer à la volonté divine exprimée dans les Écritures. « Aime et fais ce que tu veux » disait avec fort d’à-propos Augustin d’Hippone.

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article