Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

Don et gratitude

 

Don et gratitude

 

Le plus beau côté du bienfait disparaît s’il engendre une action à l’instar d’un prêt de telle somme, ou d’un fermage ou d’un loyer. Ce qu’il y a de plus magnifique dans le don, c’est que l’on donne, fût-on sûr de perdre; c’est qu’on laisse tout à la discrétion de l’obligé. Si je l’assigne, si je l’appelle devant le juge, dès lors il n’y a plus de bienfait, mais créance. Ensuite, si rien n’est plus honorable que la gratitude, elle cesse de l’être dès qu’elle est forcée; et on ne louera pas plus un homme reconnaissant que celui qui rend un dépôt ou qui paye une dette avant contrainte judiciaire.

 

Ainsi nous gâterons les deux plus beaux actes de la vie humaine, la reconnaissance comme le bienfait. Car qu’y a-t-il de plus admirable en l’un, si le don gratuit dégénère en prêt, et dans l’autre, si le retour spontané devient obligatoire ? Il n’y a point de gloire à être reconnaissant, s’il n’y a sûreté pour l’ingratitude.

 

Sénèque  (-4 - 65), Des bienfaits, livre III

 

 

 

Don et gratitude sont les deux faces d’une même pièce : l’amour. L’une prend l’initiative, l’autre répond. Toutes deux agissent libéralement, sans contrainte. Incite-t-on au don ou à la reconnaissance qu’on les prive de leur essence à savoir la gratuité et que les gestes posés deviennent un simulacre, n’étant plus animés par l’amour qui leur donne toute leur signification.

 

Le don relève de Dieu. Lui prend l’initiative. Lui nous a aimés le premier (1 Jn 4, 19). C’est le semeur qui est sorti pour répandre les dons de sa grâce (Mt 13, 1-9), lui qui dit à Jérémie : « Avant même de te former dans le sein de ta mère, je te connaissais ; avant que tu viennes au jour, je t'ai consacré ; je fais de toi un prophète pour les peuples » (Jr 1, 5). Tout ce que le spirituel peut faire n’est que geste de gratitude, accueillir les dons reçus dont la Parole de Dieu et se faire bonne terre pour porter du fruit à son tour. Quel prix Dieu accorde-t-il à la gratitude ? Rien de moins que le salut éternel nous dit le psalmiste : « Qui offre le sacrifice d'action de grâce, celui-là me rend gloire : sur le chemin qu'il aura pris, je lui ferai voir le salut de Dieu » (Ps 50, 23). Comment démontrer sa gratitude ? Ce n’est pas qu’une question de gestes ou de paroles de reconnaissance : « Je ne t'accuse pas pour tes sacrifices ; tes holocaustes sont toujours devant moi… Qu'as-tu à réciter mes lois, à garder mon alliance à la bouche, toi qui n'aimes pas les reproches et rejettes loin de toi mes paroles ? » (Ps 50, 8.16-17). Accueillir la Parole de Dieu et la mettre en pratique, chercher la volonté de Dieu et l’accomplir, non seulement démontre la gratitude du croyant mais l’introduit dans la famille du Christ : « Celui qui fait la volonté de mon Père qui est aux cieux, celui-là est pour moi un frère, une sœur et une mère » (Mt 12, 50).

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article