Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

Idéal

 

Idéal

 

L'idéal est pour nous ce qu'est une étoile pour le marin. Il ne peut être atteint mais il demeure un guide.

 

 Albert Schweitzer  (1875-1965)

 

 

 

Le dictionnaire le petit Robert définit l’idéal comme suit : « Ensemble de valeurs esthétiques morales ou intellectuelles (opposé à intérêts de la vie matérielle). Ce qui, dans quelque ordre que ce soit, donnerait une parfaite satisfaction aux aspirations du cœur et de l’esprit ». L’homme a été créé par et pour Dieu. Rien de matériel ne saurait satisfaire les aspirations de son cœur, le visible n’étant pas une fin mais un moyen de découvrir l’Invisible, l’Artisan qui se cache derrière l’œuvre. L’homme moderne est désenchanté  parce qu’il s’est laissé séduire par des idéologies qui lui ont proposé des idéaux faisant abstraction de Dieu et qui n’ont pu, par conséquent, élever sa pensée au-delà de considérations égoïstes et combler les désirs de son cœur.

 

L’idéal des rois mages était la recherche de la Vérité. Intéressant de constater que pour y parvenir l’étoile n’ait point suffi, Dieu se révélant à travers les personnes. Les mages savaient qu’un homme important venait de naître, l’élite du peuple de la Promesse savait où il devait naître. De fait, nous nous communiquons tous mutuellement quelque chose de Dieu en manifestant à travers nous une parcelle de son amour et de sa perfection. Libre à nous de l’accueillir comme les mages ou de le rejeter comme Hérode qui s’est senti menacé parce que cette révélation pouvait contrecarrer ses projets. Certes, personne n’atteint la perfection de l’Amour, pas même les saints, mais cela n’est pas une bonne raison pour nous décourager et cesser d’y tendre comme nous y encourage Thérèse de Lisieux : « Vous me faites penser au tout petit enfant qui commence à se tenir debout, mais ne sait pas encore marcher. Voulant rejoindre sa mère au haut d'un escalier, il lève son petit pied pour monter la première marche. Peine inutile! Il retombe toujours sans pouvoir avancer. Eh bien, consentez à être ce petit enfant. Par la pratique de toutes les vertus, levez toujours votre petit pied pour gravir l'escalier de la Sainteté. Vous n'arriverez même pas à monter la première marche, mais le bon Dieu ne demande de vous que la bonne volonté. Bientôt, vaincu par vos efforts inutiles, il descendra lui-même, et, vous prenant dans ses bras, vous emportera pour toujours dans son royaume. »

 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article