Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

Liberté

 

 

Liberté

 

Ce n’est pas être libre, selon moi, que de n’avoir pas quelquefois la faculté de ne rien faire.

 

 Cicéron  (106-43)

 

 

 

Quelle grande aspiration que la liberté ! Désir universel car placé dans le cœur de chacun par Dieu qui, le premier, respecte ce droit qui laisse notamment à sa créature le choix de le reconnaître, de l’aimer et de régler son agir moral en conséquence ou de l’ignorer, de vivre comme s’il s’était lui-même créé et d’agir en fonction de ses seuls désirs sans égard à ses responsabilités notamment à l’égard de la création.

 

Parmi les droits sous-jacents à la liberté se trouve celui de ne rien faire, le droit au repos. Ce droit est particulièrement pertinent dans le monde moderne où prévalent activisme et utilitarisme qui oppressent l’homme en lui imposant de produire toujours plus et déterminent sa valeur en fonction de sa contribution plutôt que de la dignité qui découle de sa nature, à savoir être enfant de Dieu. Il n’est point étonnant dans ce contexte que l’on ne respecte plus le droit au repos communautaire prescrit par Dieu lui-même : « Pendant six jours tu travailleras et tu feras tout ton ouvrage; mais le septième jour est un sabbat pour Yahvé ton Dieu. Tu ne feras aucun ouvrage » (Ex 20, 9-10).

 

Cette liberté de l’homme est chère à Jésus qui, même s’il était un homme de prière et de jeûne,  défend le droit de ses disciples à ne pas se soumettre à un jeûne non requis par la loi (sauf lors de la fête du Grand Pardon) : « Les invités de la noce pourraient-ils donc faire pénitence pendant le temps où l'Époux est avec eux ? Mais un temps viendra où l'Époux leur sera enlevé, et alors ils jeûneront. » (Mt 9, 15). Le site internet Catholique.org dans sa méditation quotidienne intitulée « pourquoi jeûner ? » fait l’analyse suivante de ce verset de l’Évangile : Le but de Jésus est de montrer que le jeûne ou toute autre discipline spirituelle n’est bénéfique à quelqu’un que si on l’adopte en toute liberté et conviction, non par crainte de ce que penseront les autres si on ne le fait pas. À côté de cela Jésus nous rappelle qu’il ne faut pas traiter un élément non essentiel de la religion comme s’il était essentiel, même s’il est bénéfique spirituellement, comme l’est le jeûne.

 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article