Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

Patience

 

 

Patience

 

La patience est quelque chose que vous appréciez du conducteur qui vous suit mais pas de celui qui vous précède.

 

Anonyme

 

 

 

Nous aimons que les gens et Dieu se montrent patients à notre égard mais, en revanche nous avons malheureusement tendance à nous montrer impatients envers les autres.

 

La patience est d’abord la vertu de Dieu, lui qui fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, et tomber la pluie sur les justes et sur les injustes (Mt 5, 44-45) espérant que ceux qui se trouvent présentement sur la mauvaise voie viennent à changer leur conduite. Difficile de ne pas voir Jésus dans le vigneron de la parabole qui intercède auprès de son Père pour qu’il accorde un temps additionnel au figuier stérile de sa vigne pour qu’il puisse porter du fruit (Lc 13, 6-9), lui qui a dit : « Ce ne sont pas les gens en bonne santé qui ont besoin de médecin, mais les malades; je ne suis pas venu appeler les justes, mais les pécheurs, au repentir » (Lc 5, 31-32). Le temps qu’il nous reste à vivre est un temps de grâce qui nous est accordé pour porter le fruit de l’amour-charité. À nous d’en profiter !

 

Que de fois, nous estimant justes, nous voyons dans le malheur des autres une punition de la vie, ou, si nous sommes croyants, une punition de Dieu et nous réjouissons-nous parfois de ce qu’ils reçoivent ce qui nous paraît être le salaire mérité d’une conduite mauvaise ou, pire encore, souhaitons-nous qu’un tel châtiment survienne. Inconséquents, comme le conducteur de la citation, implorons-nous cependant la patience et la miséricorde de Dieu sur nos propres fautes ou nous affligeons-nous d’être injustement frappés par le destin. La prochaine fois que nous aurons envie de dire « bien fait » au sujet d’une personne qui nous semblera avoir été punie, pensons à ce que Dieu nous a dit par la bouche d’Ézéchiel : « Je ne prends pas plaisir à la mort du méchant, mais à la conversion du méchant qui change de conduite pour avoir la vie. Convertissez-vous, revenez de votre voie mauvaise (Éz 33, 11).  Si Dieu lui-même ne tire pas de satisfaction de la punition du méchant, à plus forte raison devons-nous nous abstenir de nous en réjouir et, au contraire, nous efforcer d’imiter la patience du vigneron et travailler la terre de son cœur par notre exemple et nos prières. Considérer que nous ne valons pas mieux que ceux qui sont frappés par le destin et que notre conduite nous mériterait un sort similaire, voilà ce qui devrait nous inciter à la patience et à la compassion à leur égard et à changer notre propre conduite ainsi que nous y invite Jésus : « Et ces dix-huit personnes tuées par la chute de la tour de Siloé, pensez-vous qu'elles étaient plus coupables que tous les autres habitants de Jérusalem ? Eh bien non, je vous le dis ; et si vous ne vous convertissez pas, vous périrez tous de la même manière » (Lc  13, 4-5).

 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article