Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

Pauvreté et aspirations

 

Pauvreté

 

The real tragedy of the poor is the poverty of their aspirations.

 

  Adam Smith   (1723-1790)

 

Le vrai drame des pauvres est la pauvreté de leurs aspirations.

 

 

Cette affirmation d’Adam Smith, quoique simpliste, renferme tout de même une vérité à savoir qu’il est impossible d’améliorer son statut si nous n’aspirons pas à quelque chose de meilleur. Toutefois, le fait d’avoir des ambitions, bien que préalable à une amélioration de sa condition, ne garantit pas pour autant que celle-ci survienne automatiquement. La pauvreté résulte bien plus de facteurs conjoncturels que de choix conscients ou inconscients de la personne. Qui veut aider les autres à se sortir de leur misère doit non seulement raviver leur espérance mais encore œuvrer à démanteler les structures de péché spécifiques qui entravent le plein épanouissement de ceux qu'elles oppriment de différentes manières (Jean-Paul II, Centisimus annus).

 

Le drame de la pauvreté spirituelle de notre temps est que, riche de biens terrestres, satisfait, l’homme moderne n’aspire pas à autre chose. L’Évangile de Marc nous donne le récit de quatre humbles pêcheurs qui ont répondu à l’appel de Jésus de le suivre : Simon Pierre, André, Jacques et Jean. Marc nous dit qu’ils eurent tous la même réaction : aussitôt, laissant tout, ils le suivirent (Mc 1, 14-20). Les Évangiles ne nous disent pas combien ont reçu le même appel sans y donner suite mais nous parlent d’un jeune homme riche qui s’est récusé malgré son désir d’accéder à la vie éternelle : « Jésus lui dit: " Si tu veux être parfait, va, vends ce que tu possèdes, donne-le aux pauvres, et tu auras un trésor dans les cieux. Puis viens, suis-moi! " À cette parole, le jeune homme s'en alla tout triste, car il avait de grands biens ». Et Jésus de conclure : « En vérité, je vous le déclare, un riche entrera difficilement dans le Royaume des cieux. Je vous le répète, il est plus facile à un chameau de passer par un trou d'aiguille qu'à un riche d'entrer dans le Royaume de Dieu » (Mt 19, 21-24).

 

Et nous, en quoi plaçons-nous nos aspirations ? Dans les richesses éphémères de ce monde qui passe (1 Co 7, 31) ou dans la place préparée pour nous auprès du Père par Jésus (Jn 14, 2) pour l’éternité ? Car il y a un choix à faire dans l’ordre du désir : « Nul serviteur ne peut servir deux maîtres: ou il haïra l'un et aimera l'autre, ou il s'attachera à l'un et méprisera l'autre. Vous ne pouvez servir Dieu et l'Argent » (Lc 16, 13). Comme le dit la sagesse populaire : on ne peut courir deux lièvres à la fois. Sommes-nous prêts à donner préséance à l’Amour dans nos aspirations, dès maintenant, sans délai, comme les apôtres qui ont laissé là leurs filets aussitôt l’appel de Jésus entendu ? Les choses de ce monde nous accaparent-elles au point où nous n’arrivons pas à entendre d’appel, où nos aspirations spirituelles sont pauvres sinon pratiquement réduites à néant ? On ne peut donner que raison à Adam Smith sur ce point : le drame véritable est celui de la pauvreté des aspirations car cela élimine toute possibilité d’accéder à quelque chose de meilleur que ce soit dans l’ordre matériel ou spirituel.

 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B

Jésus n'était-il pas pauvre, aussi ? .... Blandine


Répondre