Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

Souffrance

 

Souffrance

 

Un homme qui n'a jamais souffert peut vivre et mourir sans se douter des travers ou de la bonté du cœur humain.

 

 Thomas de Quincy  (1785-1859)

 

 

 

La souffrance révèle le cœur de l’homme en ce qu’il a de plus sublime comme de plus abject. Nous ne découvrons la véritable nature des gens, et même la nôtre propre, que dans les moments de grande tension. Certains manifesteront une bravoure héroïque qu’ils ne se connaissaient pas pendant que d’autres abandonneront lâchement; certains partageront généreusement même s’ils ont peu à offrir pendant que d’autres ne penseront qu’à eux-mêmes allant parfois jusqu’à tenter de tirer profit de la misère des autres; de bons samaritains compatiront avec les personnes en détresse alors que d’autres les ignoreront et continueront leur chemin comme si de rien n’était. Heureux qui voit au-delà de la souffrance les opportunités de dépassement de soi qu’elle comporte, car sa souffrance ni celle d’autrui ne sera vaine.

 

Pour le spirituel la souffrance est source de salut. Pas la souffrance que l’on choisit, que l’on s’impose à soi-même et qui satisfait un instinct masochiste ou de laquelle on peut tirer un vain orgueil de la capacité démontrée de relever un défi que l’on s’est soi-même posé. La souffrance qui est cause efficiente de salut est celle qui survient à l’improviste et modifie, ou même ruine nos plans, à la condition qu’elle soit acceptée avec joie par amour de Dieu avec l’espérance qu’Il en retira un bien plus grand encore selon sa divine volonté. La souffrance d’autrui se veut également salutaire pour qui s’efforce de l’atténuer ou de la diminuer puisque Dieu agréé de tels gestes d’amour comme s’ils avaient été posés pour Lui : « Chaque fois que vous l'avez fait à l'un de ces plus petits, qui sont mes frères, c'est à moi que vous l'avez fait! » (Mt 25, 40). Inversement, qui ignore la souffrance des autres risque malheureusement la damnation éternelle selon la parabole du riche et de Lazare qui connaissent des sorts bien différents après la mort et où le riche se fait dire: « tu as reçu tes biens pendant ta vie, et Lazare pareillement ses maux; maintenant ici il est consolé, et toi, tu es tourmenté (pour ne pas avoir pris soin de Lazare qui gisait, souffrant, près de ton portail) (Lc 16, 25).

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article